Miwaku

You're about to witness Miwaku's power... or maybe not.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Roman : Miwaku

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:22

Prologue : Moni



Enfin... Je les ai enfin trouvées... Ces perles légendaires... J'ai dû parcourir tout Miryou pour les trouver... Chercher cette porte... La porte des enfers... et la traverser pour enfin les trouver.

« A toute personne qui lira ceci,

J'ai créé cette gravure pour vous expliquer la légende des perles.

A la naissance, certaines personnes reçoivent un don, ce don rendra leur vie heureuse et magnifique. Mais les démons n'aiment pas le bonheur, et ces dons ne sont rien à coté de leur malédictions. Chaque démon contrôle une petite chose de la vie courante des humains, et s'en servent pour maudire ceux sur qui ils ont décidé de s'acharner. Chaque année, partout dans le monde, naissent de nouveaux démons, d'autres meurent. Mais en mourant, ils implémentent leur pouvoir dans une victime innocente, née à ce moment. Cette personne aura alors le contrôle absolu de ce pouvoir. Mais le problème arrive quand ils s'y attendent le moins : l'enfant à appris à vivre avec ce pouvoir, l'utilise quotidiennement pour aider ou s'amuser. Mais quand il devient adolescent, ou à n'importe quel autre moment, il éprouve une envie, l'envie de tester son pouvoir. Pas de façon violente obligatoirement, mais une fois qu'il à utilisé trop de sa force, le démon renait en lui. Il peut alors commettre les pires choses. A sa mort, l'âme de la victime et du démon se rassemble, et forment une perle. Cette perle contient le même pouvoir qu'avait le démon avant de mourir.

Si vous souhaitez aider votre peuple, vous n’avez qu’à vous implanter l’une de ces perles et tant qu’elle restera dans votre corps, vous bénéficierez de ses pouvoirs. Je vous conseille de l’avaler, vous ne garderez votre pouvoir que quelques heures avant qu’elle ne soit rejetée de façon naturelle, mais les faiblesses de ce pouvoir ne dureront eux aussi que quelques heures. Pour prolonger le pouvoir, ouvrez vous la peau et glissez la dessous.
Mais un conseil, ne vous implantez JAMAIS sous la peau la perle noire et brillante. Il est aussi conseillé de ne pas absorber deux perles en même temps car un corps humain ne supporte pas ce pouvoir.
Saveb, le grand mage pourpre.
»


J'ai enfin réussi à trouver la porte des enfers, là où finissent les âmes, et donc les perles. Je l'ai traversée récoltant au passage les perles des défunts. Ce n'était pas pour profiter de leurs pouvoirs à toutes, juste que cette noirceur ne me permettait pas de trouver celle qu'il me fallait : la perle de la mort. Je ne rêve pas de conquêtes, de gloire et de pouvoir, non, je veux juste l'utiliser pour faire revenir ma chère Kimera. Elle est morte par la faute d'un crétin, ayant appelé un Shinigami et ayant choisit de sacrifier des innocents. Je n'ai pas fait le poids : j'ai essayé de la protéger, je l'ai combattu, mais il m'a vaincu. Et quand il m'a demandé si je comptais réellement mourir pour elle, car il pourrait m'épargner, j'ai craqué :je l'ai supplié de m'épargner, je lui ai dit de la prendre elle, mais pas moi... Je suis lâche... mais elle m'a pardonné, elle m'a dit tant mieux, mais moi je ne me pardonnerai pas.


Je suis de retour à ma ville natale, je suis au cimetière, devant sa tombe. Je me suis mit la perle à l'intérieur du coude gauche, prêt à l'enlever dès qu'elle revit. J'utilise ce mot, qui me vient tout seul à l'esprit : resurrect. Son corps émerge, elle revit.

Elle revit, mais elle est encore décomposée.

Qu'est-ce que... c'était que cette voix? Et pourquoi je ne peux plus bouger?

Je suis le démon de la vie et de la mort, à l'intérieur de la perle. Tu as utilisé trop de pouvoir d'un coup et j'ai pu prendre possession de ton corps.

Dommage... Mais j'espère qu'elle revit...

Elle revit, mais avec un corps zombifié. Mais tu as de la chance, je suis sympa, je vais la faire revenir à son état de jeune fille en recomposant son corps.

Merci... Juste une chose : maintenant que tu as un corps, je suppose que tu va aller t'amuser, mais, s'il te plait, ne la tues pas.

C'était ta dernière volonté? Alors je ne la tuerais pas. Juste la torturer, mais elle n'aura pas la chance de mourir comme les autres. J'espère que tu es content.

Non... ce n'est pas vrai... j'ai fait tout ce boulot pour rien... non, pire... elle revit pour souffrir... j'aurais du mourir en la protégeant, tout aurait été plus simple...

DESOLE, KIMERA...


Dernière édition par Miwaku le Jeu 1 Mai - 0:33, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:23

Chapitre 1 : Miwaku

- Miwaku, réveille-toi !


Je m’appelle Miwaku, je suis au service du roi Moni en tant que guerrier d’élite. Je ne l’ai pas décidé, ce sont mes parents qui, dès ma naissance, m’ont vendu au roi car j’étais un des rares bébés sans défauts. Le roi m’a fait implanter l’une des perles, la perle du feu pour me faire devenir un maitre du feu.
Celui qui vient me réveiller, c’est Anard, mon camarade de chambre. Lui, il maitrise l’eau et me provoque en duel cinq fois par jour. Même si son élément l’avantage dans nos combats, on n’arrive jamais à se départager quand on s’affronte, on combat durant une bonne heure et soit on est interrompus, soit on tombe tous les deux d’épuisement.

- Allez fainéant, grouille toi de te lever.
- Quoi encore, il est que 6h du mat’.
- T’oublie ce que tu as à faire aujourd’hui…

Ce que j’ai à faire aujourd’hui ? … Ah, oui, c’est vrai, c’est le jour de ma première mission pour le roi. Tous les guerriers d’élite ont droit à un essai pour devenir quelqu’un de haut gradé : le roi choisit une mission à nous faire faire, et si il est content de nous, on est certains d’avoir une promotion dans les jours qui suivent. Chaque guerrier est content quand on lui annonce que sa mission arrive, mais pas moi, je n’aime pas être sous les ordres du roi.
J’aimerai me rebeller et faire partie du groupe cherchant à renverser le roi, mais j’ai trop peur de lui, on dit que tous ceux qui sont allés le voir pour se plaindre ressortaient morts quelques minutes plus tard.

- Ah, merde, j’avais oublié. Il m’attend pour quelle heure ?
- 6h pile.
- Quoi ?! T’aurais pu me réveiller plus tôt !
- Ca va hein, je suis pas à ton service, je t’ai réveillé car Nahemar est passée.

Nahemar est celle qui fait régner l’ordre au château, avec sa maitrise des corps, elle est capable de faire bouger à sa guise n’importe qui, ce qui, en plus d’être effrayant quand on est soi même contrôlé, est très utile pour interrompre une bagarre, faire retourner les obsédés essayant de s’introduire dans le dortoir des femmes dans leur propre dortoir et pour se défouler sur un qui t’as emmerdé en le faisant se ridiculiser devant tout le monde. Elle est aussi chargée d’aller chercher toutes les personnes que le roi appelle.
Evidemment, en apprenant ça, je me suis grouillé de m’apprêter et je courus voir le roi.

- Excusez-moi d’être en retard majesté, je suis Miwaku, maitre du feu.
- Tu viens pour ta mission, c’est ça ? Tu es déjà mal parti.
- Je sais majesté, mais je ferai de mon mieux.

Je n’ai aucune envie de devenir l’un des chiens de ce connard de roi, je refuse de devoir être celui qui punit ses camarades ou envoyer mes amis se faire tuer en guerre alors que je suis juste en train de les regarder.

- Bien, tu va partir pour le village d’Iwaki accompagné de Skulker, c’est lui qui te dictera ta mission une fois arrivé.
- A vos ordres, majesté.

Skulker, le maitre du métal, est l’une des personnes les plus détestées dans les guerriers d’élite : Il est quelqu’un qui adore tuer les villageois sans défense et leur vole leurs biens. La seule bonne chose en lui, c’est qu’il déteste le roi autant que moi, mais il reste à son service pour pouvoir continuer à voler.
Je parti donc, accompagné de Skulker et d’une dizaine de soldats sans aucun pouvoir, pour le village d’Iwaki, sans savoir ce que sera ma mission.


Dernière édition par Miwaku le Lun 11 Aoû - 0:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:24

Chapitre 2 : Miwaku

- … Et n’oublie surtout pas que si tu utilise trop ton pouvoir, tu risque de te faire dominer par lui. Quand tu auras retenu tout ça, tu seras plus puissant, pas autant que moi bien sur.

Il m’emmerde, ça fait trois quarts d’heure qu’il me donne des conseils de débutant tout en se mettant en valeur. Je me demande si on arrive bientôt, peut-être qu’au sommet de cette colline on verra mieux où on en est… Bingo, je vois le village.

- Bon, p’tit gars, voici Iwaki, je vais pouvoir te dire ta mission. Je t’envie, c’est une mission simple et marrante. Pas comme celle que j’ai eue.
- Et c’est quoi ?
- Facile : tu crame le village.
- Quoi ?! Et pourquoi ?
- Le roi pense qu’il y a des personnes créant une rébellion.
- Combien ? Il en faut quelques uns pour qu’il demande à raser un village.
- Euh… Un seul. Mais tues les, tu verras que c’est marrant. Surtout avec du feu, les voir courir partout en cramant.

Quoi, un seul rebelle et le roi veut détruire tout un village. Il est encore plus fou que je le pensais. Je le fait ou pas ? J’hésite, si je ne le fait pas, il me tuera.

- Bon tu te grouille de le faire !
- Je sais pas, c’est radical quand même.
- Bon, je te laisse réfléchir, mais pas trop longtemps, j’ai pas tout mon temps et j’en ai marre de faire la nounou.

Je le fait, je le fait pas… je suis capable de le faire, je n’ai qu’à mettre le feu à un tas de foin et,…C’est quoi cette odeur ? Ca sent le brulé ? Skulker ! Il à brulé le village !

- Pourquoi ? C’était censé être ma mission !
- T’avais qu’à être plus rapide, c’est moi qui les ais tués, hahaha. Bon et maintenant, 2e partie du plan, héhéhé. Iron bar.

Il avait un sourire sadique et forma une barre de fer.

- Bonne nuit.

Il m’assomma.


C’est quoi ce truc, il fait noir. Je suis où ? Et c’est quoi ce bruit ? Une voix ?

- Nooon, je ne veux pas, je ne veux pas l’utiliser !
- Si tu le dois, tu es la première à ne pas rejeter cette perle, tu dois utiliser son pouvoir !

C’est la voix d’une femme.

- Tu refuse ? Tu va voir ! SLASH SLASH
- Ahh, vous me faites mal !
- Et alors ? Tu n’as qu’à utiliser ton pouvoir !

Et la deuxième voix, elle me rappelle quelqu’un. Et il est en train de battre cette femme. Je ne me rappelle pas.

- Je ne veux pas devenir un monstre.
- Tu le dois, sinon je… non, je ne peux pas la tuer, depuis le temps que j’attends quelqu’un acceptant cette perle.

C’est la voix du roi, qu’est-ce qu’il fait ? Il fait du mal à cette femme, je dois l’aider. Même si je n’y vois rien.

- Fire.
- C’est quoi ce feu, d’où il vient ? De l’eau, de l’eau, appelez Anard.


- Miwaku, c’est toi ? Que fais-tu là ?

Hun, la lumière revient, on me parle, qui est là ?

- Emprii ? Que fais-tu là ?

Emprii est le maitre de l’espace, il peut se téléporter là où il veut et téléporter qui il veut. Je l’ai toujours trouvé sympa et il n’aime pas le roi non plus.

- Le roi m’a envoyé vous chercher, vous mettiez trop de temps. Que c’est-il passé, où est Skulker ?
- Il m’a assommé et est parti, je suppose.
- Et tu as réussi ta mission, à ce que je vois.
- Euh, c’est Skulker qui à tout brulé, je n’en étais pas capable. Je me demande comment le roi peut ordonner ça. Il est vraiment horrible… Eh, tu ne lui répéteras pas ce que je viens de dire.
- T’inquiète, je vais même te dire, je fais partie des guerriers qui se rebellent et vu que tu es, comme nous, contre les idées du roi, je venais te demander si tu voulais nous rejoindre.
- C’est risqué, je vais réfléchir, je de dirai plus tard.
- OK, je te raccompagne au château. Moni's castle.

Et nous nous retrouvons au château du roi Moni.


Dernière édition par Miwaku le Jeu 1 Mai - 0:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:25

Chapitre 3 : Miwaku

Nous venons de rentrer, je pars voir le roi pour faire un rapport de mission. Bien sur, je ne lui signale pas que c’est Skulker qui à fait ma mission.

- Et voilà, j’espère que vous êtes content majesté.
- Pas du tout, l’un de mes guerriers s’est enfui, il faut aller le tuer. Mais tu es encore trop faible pour ça. Emprii, c’est toi qui iras. Tu n’auras. pas besoin d’aide, il me semble.
- Bien sur que non.
- Allez, vous pouvez y aller.

En sortant de la salle, j’arrive à toucher un mot à Emprii.

- Tu vas vraiment le tuer.
- Si ça s’avère nécessaire, il le faudra. Mais s’il accepte de ne pas trop se faire voir et de changer de nom, je ne le tuerai pas, même si j’en ai envie par moments.
- J’ai bien réfléchi à ta proposition, et j’accepte.

Quelqu’un arrive par derrière. J’espère qu’il n’a pas compris de quoi on parlai.

- Quelle proposition ?

Je me retourne, et je vois un loup. Je ne l’avais jamais vu avant.

- Tu pourrais être plus discret, humain. N’importe qui aurai pu t’entendre.
- C’est vrai ça, on a de la chance que se ne soit que Cerberus.

Cerberus, l’animal sur lequel le roi a fait une expérience de transfert de vie. Personne ne sait comment il à fait pour le faire, mais apparemment, il existe bel et bien.

- Viens avec nous Miwaku, je vais t’expliquer ce qu’on prévoit de faire contre le roi.

On se dirige vers la chambre de Emprii, vu qu’il est haut gradé, il a droit à une chambre individuelle.

- On a décidé d’attaquer le roi demain, il sera seul avec la fille qui ne veut pas utiliser son pouvoir, on aura moins de morts si il est seul. C’est grâce à Cerberus qu’on a apprit tout ça, il est considéré comme l’animal de compagnie du roi.
- Ouaip, par contre, on aura besoin de toi pour une petite mission durant la nuit. Tu es le seul qui loge dans le dortoir numéro trois, vu qu’il est plus proche du numéro deux que le notre, tu iras y faire un tour cette nuit.
- Mais le dortoir numéro deux est celui des femmes, si Nahemar me trouve, je me ferai tuer.
- Il faudra que tu l’esquive, on a absolument besoin qu’Orina nous aide avec sa maitrise de soins. Elle est dans la chambre 402 et elle est seule aussi.
- Pourquoi t’y vas pas Emprii, se serait plus simple ?
- Le roi m’oblige à rester avec lui la nuit pour le téléporter dans un endroit secret pour y passer la nuit, avec ses plus fidèles guerriers, à l’abri de toute attaque, c’est aussi pour ça qu’on ne l’attaque pas la nuit.
- Bon, OK, j’irai chercher Orina cette nuit.


Enfin, Anard c’est endormi, je vais pouvoir aller chercher cette fille. Je me faufille discrètement dans le dortoir numéro deux. Espérons que Nahemar ne passe pas, mais j’ai pris une bouteille d’eau au cas où je devrais la combattre. Mon corps a besoin d’eau après l’utilisation du feu, même si c’est mauvais pour lui. Bon, chambre 402, chambre 402… C’est là. Nahemar n’est pas venue, j’ai de la chance. Je rentre, Orina me voit et … elle crie ?

- Calme-toi, je suis venu te chercher.
- Me chercher ? Pour l’attaque du roi ?

Elle est pas beaucoup plus discrète que moi.

- Je suis Miwaku, maitre du feu, je fais aussi partie de ceux qui attaqueront le roi tantôt.
- D’accord, on peut y aller.

Il y a un bruit dans le couloir, c’est Nahemar, que va-t-on faire ?

- Vite Miwaku, mets le feu à ma chambre.
- Quoi ?
- Ne discute pas fais le, puis cache toi et quand elle sera rentrée, retourne vite dans ta chambre.

Je ne comprends pas trop, mais je lui obéi quand même. J’allume le tas de tissu près de la table de nuit, et je renverse la bougie pour faire croire à un accident. Ensuite, je me cache derrière la porte qu’Orina ouvre pour appeler Nahemar.

- Vite Nahemar, il y a le feu dans ma chambre.
- Vite, il faut aller réveiller Anard ou l’autre crétin qui loge avec. J’y vais.

L’autre crétin, merci. Je fonce vers ma chambre, je fais semblant de m’apprêter à prendre un bain quand elle arrive.

- Grouille toi, euh, Miwaku, c’est ça, il y a le feu dans la chambre 402, dans le dortoir 2. Même si c’est celui des filles, je t’oblige à y aller pour l’éteindre. Moi, je vais réveiller Anard.

Bonne chance pour le réveiller. J’arrive dans la chambre d’Orina. J’aspire le feu et c’est réglé. Je m’arrange avec Orina, et on part rejoindre les autres pour l’attaque du roi. Tant pis pour ce qui se passera quand Nahemar reviendra.


Dernière édition par Miwaku le Lun 17 Mar - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:25

Chapitre 4 : Miwaku

Nous sommes arrivés dans le salon, endroit idéal pour ce réunir car à cette heure, il est vide. Nous mettons notre plan en route : Une première équipe, dont je fais partie, s’occupera de mettre hors d’état de nuire les gardes de la salle où est le roi : les jumeaux Ju Lee et Ian, maitrisant la glace et le magma. Ayant un grand avantage sur Je Lee, c’est moi qui le combattrai, tandis que les autres du groupe s’occuperont de Ian. Après ça, nous nous attaquerons tous au roi, en espérant le surpasser grâce au nombre. Le plus gros problème est que nous ne savons rien sur sa manière de se battre, si ce n’est qu’elle est très efficace.

- Votre groupe est prêt ?

Ca, c’est Emprii qui s’inquiète. Je suis prêt à y aller, les autres aussi, on y va.

- Allez les mecs, bonne chance à vous contre Ian.
- Toi aussi, Miwaku, explose Ju Lee en deux minutes et viens nous aider.

Là, il espère beaucoup.


Bon, je suis planqué, je vois les jumeaux, Ian dort, je vais attaquer Ju Lee par surprise.

- Ignite.
- Hein, je m’enflamme ? Quel est le crétin qui fait ça, ça chatouille.

Et merde, je me suis gouré d’adversaire, j’ai attaqué Ian. Oh, il m’a vu…

- Lava.

De la lave va me couler dessus, ahhh… Tiens ? Ca ne me fait rien, elle est devenue de la roche. J’ai compris, j’ai absorbé le feu de la lave et elle redevient de la roche.

- Bon, Miwaku, c’est ça ? Je ne saurais te battre, mais tu ne me battras pas non plus. Je vais donc m’occuper des crétins cachés derrière toi.

Il me semblai bien qu’il y avait fort peu d’action : Ju Lee est toujours endormi et le reste de mon groupe me regarde combattre. Bon, cette fois çi, je vais m’occuper de Ju Lee.


- Bon, vous autres, attaquez vous à Ian, je vais combattre Ju Lee. Hi (flamme).
- Réveille-toi Ju Lee, tu te fais attaquer.
- C’est chaud… C’est toi qui m’as fait ça, maitre du feu ? Tu vas payer : Hi (signifie aussi glace).

Je me ramasse de gros grêlons sur le crane, je vais les faire cramer.

- Flame
- Contre attaque, Ice needles

Je dirige la flamme vers ses aiguilles et elles fondent en un clin d’œil. C’est tout ce qu’il sait faire. Protégé par mon bouclier de flammes, je jette un œil au combat contre Ian. Il s’apprête à utiliser sa plus puissante technique : l’invocation d’un volcan. Je dois aider les autres ou ils vont y passer.

- Volcano

Que faire, le volcan se forme, il y a déjà un cratère avec de la lave. Vite, une idée. Je sais : je cours vers le volcan en formation et je saute dedans. Comme la fois précédente, j’absorbe le feu et il ne reste qu’un cratère en roche. Pendant qu’il force pour faire entrer son volcan en éruption, il ne fait pas attention à mes camarades. Le maitre de l’air s’approche.

- Suffocate.

Ian commence à manquer d’air, il suffoque et finit par s’évanouir. Je commençais à ne plus supporter le surplus de feu en moi, il faut que je l’évacue. Je relâche tout dans la direction de Ju Lee et il est enflammé. Il tombe à terre, je crois qu’il est mort.


Je me demande pourquoi le roi n’est pas sorti avec tout le bruit qu’on à fait, il est juste de l’autre côté de la porte.

- Ne t’inquiète pas, c’était prévu.

C’est Cerberus qui arrive. Les autres le suivent. Il faut que je leur parle, mais Cerberus continue son explication.

- Le roi à fait une porte et des murs insonorisés, comme ça, même si les garde voulaient le trahir, ils ne connaitraient pas quel est son pouvoir. Et en plus, on n’entend pas s’il torture quelqu’un.
- Dites, vous n’auriez pas pris de l’eau par hasard ? Après avoir utilisé tant de feu, je meure de soif et je me sent faible.
- T’aurais du y penser.

Heureusement Emprii est là.

- Je me téléporte vite fait en cuisine, et je te rapporte de l’eau, attends dix secondes.

Il parti. Cinq minutes plus tard, il n’était pas encore revenu. Je m’inquiète, et s’il était tombé sur quelqu’un, Nahemar par exemple. Cerberus prit la parole.

- Il à du lui arriver quelque chose, il met trop de temps à revenir. Malheureusement, on se doit de continuer. Miwaku, j’espère que tu arriveras à tenir sans eau, on ne peut pas faire autrement.
- J’essayerai de m’en passer.

C’était un mensonge, je tenais bien debout, mais pour envoyer ne serait-ce qu’une petite flammèche, je doute d’y arriver. Pas le choix, au moins comme ça, je pourrais amener les blessés hors du champ de bataille… Non, Orina est là pour les soigner. Je serais juste bon à me faire tuer, mais je ne peux pas les trahir en les laissant combattre seuls, sans moi ni Emprii, ils ne sont que trois à maitriser un élément : la foudre, l’air et les soins.
Cerberus est en forme, il est déjà près de la porte.

- Allez, on y va !

Il essaye de pousser la porte, mais elle est trop lourde, ce n’est qu’un loup et il a l’air de l’oublier. D’autres viennent l’aider. La porte est ouverte, le roi est juste derrière.

- Je vous attendais, bande de petits effrontés.


Dernière édition par Miwaku le Jeu 1 Mai - 0:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:26

Chapitre 5 : Miwaku

Comment a-t-il su que nous allions arriver ? Il me semblait qu’Emprii et Cerberus nous avaient dis qu’il n’était pas au courant. Bref, ce sera encore plus difficile.
Tiens, il y a quelqu’un d’autre dans cette pièce : une fille de 17 ans plus ou moins, attachée nue à une chaise. Elle est pleine de marques de coups de fouets et de bleus.

- Bon, vous allez tous mourir dans quelques secondes. Killer ray.

Un rayon noir sorti de sa paume et tua d'un coup ceux qui étaient sur son chemin. Tout le monde s’éparpilla dans la pièce, en proie à la peur. Certains bousculent la chaise où était la fille et la renversent, elle se retrouve couchée par terre, se ramassant des coups de pieds. Mais il faut les comprendre, qui aurai pu imaginer que le roi avait le pouvoir de contrôler la mort des autres. Il faut tenter quelque chose. Cerberus me fait un signe de la tête en direction du roi, il me demande de faire quelque chose, et cours vers lui. Il lui mord le bras, le roi essaye de se dégager de lui. J’ai compris, il veut que je l’attaque, mais je suis trop faible.
Heureusement, le maitre de la foudre remarque la scène alors qu’il courrait pour éviter le sort du roi et lui lançe un jolt et le roi tombe, mort à première vue. Tout le monde parait étonné de le voir tomber là et Orina se dirige vers lui et pris son poult.

- Il est mort.
- Comment? C’était si facile que ça de le tuer ?

Une voix sort du corps du roi, sa voix, mais ses lèvres ne bougent pas.

- Resurect.
- Comment est-ce possible ? Va-t-il réellement revivre ?

Il se remet debout, ouvre les yeux et nous regarde en éclatant de rire. Cerberus a peur, mais il continue de croire qu’on peut le tuer. Il hurle à tout le monde de l’attaquer. J’ai trop peur, surtout en étant impuissant, je dois partir d’ici. Mais, cette fille, je dois la sauver. Personne ne l’a remarquée, elle est toujours attachée à la chaise couchée. Profitant de l’attaque contre le roi, je me précipite vers elle, je soulève la chaise et l’emmène. En partant, je vois Orina.

- Orina, ne reste pas là. Ton pouvoir est inutile dans ce combat, il n’y a aucune blessure et tu es incapable de réanimer quelqu’un, fuit avec moi. En plus, j’ai besoin de ton aide pour soigner cette fille.

Juste après avoir dit ça, la sirène d’alarme se met es route, les fidèles du roi débarquent pour se mêler à la bataille. Avec la fille sur une épaule, j’empoigne Orina par le bras et me met à courir. Je dégage les plus faibles combattants à coups de pied et j’ouvre un passage. Mais Orina me pose une question à laquelle je ne sais répondre.

- Où comptes-tu fuir ?
- Je n’en sais rien, peut-être dans ma chambre ?
- Le roi nous a vus, et si on reste ici, on se fera tuer s’ils n’arrivent pas à le battre.
- Je sais, profitons que tous les gardes se sont précipités au secours du roi pour nous enfuir.
- Non, vous ne vous enfuirez pas !

C’était Anard. Toujours là quand il ne faut pas.

- Pourquoi tu nous empêche de fuir ? Que t’as promis le roi si tu nous ramenais ? Il me semblait que tu n’étais pas l’un de ses fidèles.
- Je vous ais suivis depuis que tu es sorti de la chambre d’Orina, Nahemar étant partie chercher d’autres pour vous aider et maintenant je connais le pouvoir du roi. Il y a deux raisons pour que je t’empêche de fuir : La première est que je suis devenu plus fort que toi, mais je dois le prouver en te combattant, mais si tu fuis, je ne pourrais te tuer. La seconde est que si je vous ramène au roi, il ne me tuera pas car je ne suis pas allé à son secours. Tu va mourir Miwaku, hot spring.
- Ahh, je suis déjà faible, il va me tuer si il m’envoies de l’eau chaude. Et le pire c’est que je ne peux pas la boire, elle est trop chaude.

Orina décida de m’aider en utilisant son healing. Ca me permet de retrouver assez de forces pour combattre Anard Je vois la porte extérieure du château, elle est ouverte, mais il y a comme une sorte de drap noir.

- Orina, prend là et court jusqu'à la prote, enfuis-toi, mais prends la avec toi! Moi, je vais rester combattre cet imbécile.
- Je ne vous tuerais pas vous deux, mais je ne peux pas vous laisser fuir. Pour ma survie.

Je passe le corps inanimé de cette fille sur les épaules d'Orina.

- Miwaku, désolée, mais je ne peux pas la porter, je suis trop épuisée par ces soins.
- Allez Orina, fuis, tu n'es pas très importante aux yeux de Moni, mais cette fille, je ne l'avais jamais vue avant. Elle semble avoir été torturée, donc le roi attend quelque chose d'elle. Mais elle ne fuira pas seule, héhé.

Orina est à genoux, épuisée et l'autre fille est tombée à terre, que dois-je faire?
Fuis!
Quelle est cette voix?
Fuis, seul, laisse les...

Non!, dans un ulitme effort, je frappe Anard d'un coup de poing, le temps qu'il se rende compte de ce qui se passe, je soulève le corps, le jette sur mes épaules, empoigne le bras d'Orina et cours.Je franchis la porte et me retrouve dans une forêt danse. Il y a eut une distorsion spatio-temporelle. Je suis avec Orina et la fille. Je me dépêche de la libérer de cette chaise, et Orina la soigne. Elle restait évanouie.
Je ne sais toujours pas où nous sommes.

- Orina, tu sais où nous sommes ?
- Non, par contre, mes soins ne sont pas suffisant pour la soigner, j’en ai trop utilisé dans le combat, mais elle n’est plus en danger de mort.
- Il faudrait trouver un village.
- Hun… Par là, je sens des vies humaines de ce côté.
- Tu arrive à ressentir les vies humaines ?
- Je sens toutes les vies, mais pas trop loin de moi. Il y en a beaucoup par là.
- OK, allons-y.

J’ai de plus en plus de mal à marcher, mais je dois continuer, pour cette fille. Je sens qu’elle me sera utile, et que serait grave si elle mourrait, mais je ne sais pas pourquoi. Je peux le faire, non, je dois le faire, pour elle.


Dernière édition par Miwaku le Dim 15 Juin - 16:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:26

Chapitre 6 : Miwaku

- Tiens, vous êtes nouveaux en ville ? Bienvenue. Mais que fait cette femme nue sur vos épaules ?

Nous venons à peine de sortir de la forêt qu’une jeune femme s’approche de nous. Maintenant, il va falloir expliquer ce que fait cette fille, que l’on ne connait même pas, nue sur mes épaules. Je vais laisser Orina parler, elle s’expliquera mieux que moi.

- Elle est gravement blessée, il lui faut un docteur et vite.
- Mais, vous n’êtes pas des brigands ou un truc dans le genre au moins.
- Heu… Enfaite…

Merde, apparemment, elle ne sait pas mentir, et c’est trop tard pour que je le fasse.

- Quoi, vous êtes des bandits ! On n’a rien de valeur dans notre village, nous ne sommes que de pauvres fermiers et…
- Stop ! Nous sommes recherchés, mais c’est car nous avons déserté l’armée du roi.
- Laisse-les passer !

Un homme arrive vers nous. Il est vieux, très vieux, mais il a l’air en pleine forme.

- Je suis Batmitt, le docteur du village, amène la blessée chez moi. Et grouille-toi, jeunot.


Je l’ai suivi sans hésiter jusqu’à la chambre prévue pour ses patients, par contre Orina reste dehors. Qu’est-ce qu’elle a ? J’ouvre la fenêtre.

- ORINA !
- Quoi ? Pas besoin de geuler.
- Qu’est-ce que tu as, pourquoi tu ne rentre pas ?
- Je ressens un pouvoir. Quelqu’un maitrise le pouvoir d’une perle dans ce village. Le fait que tu aie dit que nous étions des déserteurs va soit grandement nous aider, soit nous tuer ou presque, tout dépends si il est du côté du roi ou pas.
- Il ne l’est plus.

Encore lui, ce vieux débarque toujours comme ça ?

- C’est le chef de notre village. Il a été envoyé ici par Moni pour surveiller le village, mais il ne lui rend plus de compte depuis longtemps, grâce à un de ses guerriers, un certain Emprii.
- Pourquoi le roi surveille-t-il un petit village comme celui-là ? Et pourquoi l’appelez-vous Moni ?
- Suivez moi, je n’ai pas le temps de vous expliquer, je vais devoir soigner votre amie, je vais vous conduire chez lui.


- Salut Batmitt. Oh, tu es accompagné. Qui sont ces jeunes gens ?
- Ils sont comme toi mon petit, des anciens de Moni.
- Hein ! Et tu n’as pas peur qu’ils ne soient enfaite pas des anciens, mais de ses guerriers venus en patrouille ? Heureusement qu’ils ne le sont pas.
- Ils m’ont amené une blessée, je la soigne. Si je les ais conduits ici, c’est pour qu’ils me foutent la paix pendant que je la soigne.
- Je m’en doutais. File la soigner alors.
- Hé hé hé, fait gaffe à toi, ils ont plein de questions sur Moni.

Le vieux s’en va, il est lourd, je l’aime pas.

- Il faut pas t’en faire pour ça, il est plus que centenaire, et il garde son mauvais caractère.
- Quoi ?
- Il a pu lire dans mes pensées.
- Et oui, j’ai obtenu de Moni la perle de l’esprit, c’est elle qui m’a permit de sonder vos esprits et savoir que vous ne nous voulez pas de mal. Je vais répondre à vos questions. Ce village est celui d’où viens Moni, Il a décidé de le faire garder par peur que l’on dévoile ses secrets.
- Quels secrets ?
- Je ne sais pas, tout ce que j’ai trouvé, c’est grâce à Batmitt, dont un de ces ancêtres à connu Moni. Je sais, ça vous étonne, mais Moni est très âgé, je sais pas son âge, mais je sais d’après des anciens documents qu’on en est à sa 298e année de règne. J’ai juste appris qu’il était un gamin très gentil, mais il était passionné par la légende des perles. A ce moment là, personne n’y croyait excepter lui. Mais lui à voué toute sa jeunesse à les chercher. Jusqu’au jour où il les à trouvées. Il a découvert parmi le lot de perles, la perle de la mort et, en découvrant qu’elle donnait la vie éternelle à celui qui la contrôle et ses amis, il se l’est implantée sous la peau. Quelques jours plus tard, il a tué la moitié du village quand il a décidé d’être le roi de Miryou. Il avait complètement changé.
- Comme si je pourrais croire qu’il à déjà été sympa.
- C’est ce qu’en racontent les écrits.


Dernière édition par Miwaku le Mar 28 Oct - 0:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:27

Chapitre 7 : Miwaku

- Mais monsieur, … euh, quel est votre nom d’ailleurs ?
- Je me nomme Psylo. Et pour répondre à votre question, c’est normal que Moni ne paraisse pas vieux, car il possède le pouvoir de la mort. La mort n’est pas seulement l’arrêt de la vie, c’est aussi la dégradation du corps, et Moni à empêché son corps de se dégrader, et donc il donne l’impression d’être jeune. Et nous ne l’appelons pas roi ou autre chose, car nous ne le considérons pas comme notre roi.
- M’sieur Psylo, il y a des hommes qui vous cherchent. Ils disent qu’ils sont des hommes de Moni.
- Quoi ?! Miwaku, viens avec moi, s’ils sont trop pour moi tu m’aideras. Et Orina, tu nous aideras pour les blessés. Tiens, voilà de quoi boire avant la bataille.

C’est dérangeant qu’il lise comme ça dans ma tête, mais assez pratique enfaite. Je bois vite un peu d’eau.

- OK, on y va Orina !
- Oui, j’ai envie de voir comment monsieur Psylo combat, il a l’air fort.


On est arrivés. Ils sont beaucoup, je vais devoir aider Psylo.

- Ne t’en fais pas pour ça, il n’y en a que deux qui ont le pouvoir d’une perle. Tu t’occupes d’un des deux et moi des autres. traitor.

Tous les soldats adverses se mettent à s’entre tuer. Très pratique.

- Darkness cloud.

Une espèce de nuage noir envahit la zone. Il pompe mon énergie, c’est quoi ça. Je me casse de ce truc. Par contre, tous les soldats en train de s'entre tuer meurent dirrectement.

- Ce sont les ténèbres d’Ackro, je le reconnais. Laisse le moi et éloigne-toi du nuage de ténèbres.
- Euh, d’accord. Je vais chercher après l’autre, je le combattre.
- Eh, Miwaku, on fightera après, j’ai envie de voir un petit combat fait par Ackro.

Anard ! Encore lui. Il est assit sur une branche et s’installe comme pour regarder une pièce de théatre. Mais j’aurais du m’en douter, il tient tellement à me vaincre qu’il à du se porter volontaire pour ma traque.

- OK mon caneton, je te mettrai KO après que Psylo aie battu ce mec.
- T’espère, Ackro est le bras droit de notre roi, il ne se fera pas battre comme ça.
- Laissons-les se battre, on verra bien.
- Mais Miwaku, tu ne peux pas le laisser combattre seul.
- Orina, si j’aide Psylo, Anard ira aider Ackro et là, on aura autant de difficultés.
- Orina, reste près de Miwaku, mais ne part pas, j’aurais besoin de toi, et pas pour me soigner.

Psylo à l’air sur de lui en lui parlant comme ça.

- Psylo, t’as eu de la chance. Emprii à mal fait son boulot et je suis là pour corriger cette erreur Kuragari (ténèbres).

Psylo esquive facilement cette attaque.

- A toi Orina, one way love.
- Oh, mademoiselle, vous êtes tellement…, je vous aime, quel est votre nom charmante demoiselle ?

Ca, c’est le coup de foudre. Je comprends mieux pourquoi il voulait qu’Orina soit proche. Mais son pouvoir est épatant.

- N’est-ce pas, c’est très pratique, malheureusement il est limité à quelques heures.
- Mais je ne vous aime pas moi…
- Je suis très puissant, je vais vous le prouver en tuant Psylo, le crétin perché dans l’arbre là bas et le jeunot qui vous accompagne.
- Eh pourquoi moi, je suis ton allié je te signale Ackro !
- Mais mon pouvoir n’est pas parfait.
- Je vais employer ma technique la plus puissante et je tuerai tout le monde vivant par ici, excepté nous deux, vous verrez que je suis puissant. He...

Il n’eut pas le temps de finir son attaque que Psylo lui envoya un depressed.

- Elle ne m’aime pas, ma vie est nulle.
- Voilà, c’est mieux comme ça.
- Et puisque c’est comme ça, je vais détruire tout ce qui se trouve dans les environs et moi avec. Jigo…
- Hel....
- Mais je blaguais, vous y avez cru ? Ha ha ha, vous êtes trop naifs.
- Il ne nous attaquera plus.
- Bon allez les mecs, je vous laisse.

C’est bon, il est parti, enfin.

- Bon, mon canard, à nous deux.
- Je vous ais eus, je pars pas, jigo…
- Exhausted.
- Ah, je sui crevé, je vais pieuter ici.
- Tu ferais mieux de retourner au château du roi, ce sera plus confortable.
- Ah ouais, tu as raison. Bon, Onard, je te les laisses, bonne chance.
- Mon nom est Anard, pas Onard, crétin. Et je me débrouillerai mieux sans toi.
- Désolé Miwaku, j’ai trop utilisé mon pouvoir, ça fait longtemps que je n’avais plus combattu.
- C’est rien, j’ai l’habitude de le combattre et il n’a jamais réussi à me battre pour l’instant.
- Toi non plus tu ne m’as jamais battu Miwa. Et je me suis beaucoup entrainer pour ce moment, et quand je t’aurais vaincu, je quitterai l’armée du roi et j’irai le tuer.
- Il me semblait bien que tu ne l’aimait pas non plus, mais tu ne me battra pas.


Dernière édition par Miwaku le Mar 28 Oct - 1:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:27

Chapitre 8 : Miwaku

Enfin, je vais pouvoir combattre Anard et gagner.

- Miwa, je te préviens, je me suis entrainé depuis notre dernier combat, mais pas que physiquement, j’ai appris des nouvelles attaques. A la longue, je me suis rendu compte que jeter de l’eau chaude ne suffirait pas pour t’avoir.
- Et tu as appris à lancer de l’eau bouillante, c’est ça ?
- Boiling water.
- C’est chauuud, t’aurais pu attendre le début du combat.

L'eau m'affaiblit et me fait resenetir sa chaleur.

- Maintenant, fermes là. En ce qui concerne mes attaques, ce n’est pas tout, j’ai aussi appris d’autres choses, dont une technique très puissante que m’a conseillé Bach.

Bach est le mec qui c’est spécialisé dans le langage des perles, c’est en partie grâce à lui que nous pouvons lancer des attaques surpuissantes, même si la plupart viennent inconsciemment.

- Je te la montrerai plus tard, si tu tiens jusque là. Cette fois, j’ai l’avantage.
- Tu as toujours eu l’avantage, n’oublie pas que l’eau gagne sur le feu. Mais je me suis toujours débrouillé pour ne pas perdre.
- Je t’ai dit de la fermer, si c’est pour faire des réflexions stupides.

Orina arrive près de moi.

- Oui ?
- Miwaku, tu as oublié que tu n’avais pas encore bu, tu ne le battras pas comme ça.
- Merci Orina.

Heureusement qu’elle est là, j’aurais encore eu l’air con si je l’avais combattu sans avoir eu à boire avant. Elle me tends une gourde.

- Je l'ai empruntée à monsieur Psylo.

Je bois tout d’une gorgée.

- Bon, on commence alors, j’y vais : fire !
- Esquive et contre attaque : water.
- C’est juste de l’eau, pourquoi fait-il ça alors que ça affaiblit à peine Miwaku ?
- C’est simple ma petite Orina. A force de combattre contre lui, je me suis rendu compte que mouillé, ses attaques ont moins d’effet.
- heater.

L’eau que m’a envoyée Anard s’évapore, je suis au milieu d’un nuage de buée, ça fait un bel effet.

- Je vois, il aura fallu du temps avant que tu ne penses à faire chauffer ton propre corps pour te débarrasser de l’humidité.
- C’était pour te laisser une chance de gagner, mais maintenant, c’est sérieux.
- Tu m’énerves.

Ca y est, il est en colère. Une fois énervé, il va sauter partout et m’envoyer des boules d’eau dans la figure. C’est là que j’ai le plus de chances de gagner.
Anard se met à courir, je lui balance quelques boules de feu histoire de faire quelque chose, mais il les éteint à coup d’eau.

- Light up.

Ayant des tendances sadiques, j’adore cette technique : j’allume le feu aux habits de Anard ce qui l’oblige à les laisser bruler et se retrouver à poil. Au début, il se contentait de les éteindre avec de l’eau, mais ça me permettait que l’attaquer, depuis il combat nu. J’espère qu’Orina pourra m’être utile, je me demande si Anard est timide ou pudique ?

- Arrête un peu ça, tu sais que ça ne sert à rien, je n’ai pas paur de combattre nu devant toi !
- Et devant Orina ?

Il se rend compte de sa présence, il a l’air de l’avoir oubliée. En effet Anard est pudique, il essaya de combattre d’une main, l’autre protégeant sa virilité du regard d’Orina.

- Dans ces conditions, j’ai intérêt à mettre rapidement fin au combat. Nouvelle technique numéro 1, la vague : wave.
- Ehh!

Une vague de deux mètres de haut chargea dans ma direction. Je ne peux pas l’éviter, je me la prends de plein fouet.

- Je t’avais prévenu Miwa, maintenant, je vais utiliser ma nouvelle technique numéro 2, mais elle risque de te tuer, désolé.
- Non, ne le tuez pas, s’il vous plait monsieur Anard.
- Laisse le Orina, il n’arrivera pas à me tuer avec un peu d’eau.
- Toramizu le dragon d’eau, aide-moi.

Un immense dragon d’eau descendit du ciel, il est immense, au moins 5 mètres, et quasiment transparent. Au milieu de son corps, dans sa poitrine, se trouve un cœur d’eau bleue.

- Flamme… Fire!

C’est inutile, le dragon absorbe mes flammes. Je suis impuissant.
Soudain, une silhouette encapuchonnée blanche, munie de deux katanas, fond sur le dragon. La silhouette coupe le dragon en deux. Malheureusement, c’est comme couper de l’eau, le dragon se reforme. Le bretteur recharge le dragon et lui plante l’un de ses katanas dans le cœur. Le charme tenant l’eau sous forme de dragon stoppe, toute l’eau retombe au sol dans une grande éclaboussure, me touchant par la même occasion.

- Hé, le maitre du feu, ça va ?
- Euh, si on veut.
- Alors, je repars. Bonne chance Miwaku, si tu as besoin d’aide j’essayerai d’être présent. En attendant, prends soin de ton rival, il a l’air en mauvais état. Sayonara.

Il part. Je jette un coup d’œil vers Anard, il est statufié, les yeux dans le vague. Qu’est-ce qui se passe avec lui ? On dirait une ancienne statue représentant un sportif nu.


Dernière édition par Miwaku le Jeu 1 Mai - 0:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:28

Chapitre 9 : Miwaku

Il remue, c’est bon signe.
- Ca va Anard ?
- Enfin ! Je suis enfin libre !
- Euh… Ca va pas ? Tu te sens bien ?
- Ouais, je ne me suis jamais senti mieux, j’ai enfin une vraie enveloppe corporelle.
- De quoi tu parles.
- Tais-toi ! Tu n’as pas à savoir ça pour l’instant. Tu le sauras à l‘instant voulu, quand se sera ton tour.
- Mon tour ?
- Quand tu révèleras enfin ta vraie nature. Je sens que tu seras le suivant. Enfin, je vais te laisser, l’ancien proprio ne veut pas que je te tues.
- Me tuer ? Anard, tu sais bien qu’on est du même côté, tu te souviens, tuer le roi et tout ça.
- Tu veux tuer le roi ? Hahaha, petit crétin, tu as beaucoup d’espoir pour affronter la mort.
- Encore un ?

Cette voix… Je l’ai déjà entendue, mais je ne me souviens plus… Je la regarde, mais de loin, elle ne me rappelle personne.

- Salut Orina, salut l’autre. Vous vous inquiétez pour Anard ?

Elle me connait ? Je me renseigne discrètement.

- Orina, qui est-ce ?
- Elle ? Ne me dit pas que tu ne te rappelle pas, tu l’as vue nue pourtant.

C'est alors que je me rappelle, c'est elle la fille que j'ai sauvé de Moni.

- Quoi ?! Ce … mec m’as vue nue ?

Elle rougit, mais pas comme n’importe qui, elle a le visage qui brille.

- Alors, t’as bien profité, hein, je suppose que tu as profité que j’était inconsciente pour me déshabiller, c’est ça ?
- Hé, non, je ne suis pas comme ça.
- C’est vrai, c’était Moni qui t’avais mise à nu.
- Et j’ai essayé de ne pas te regarder.
- Je suis moche c’est ça ?

Elle déforme tout ce qu’elle entend.

- Je n’ai jamais dit ça.
- Hé, qui est-tu toi ?
- Toi, je te parle pas ! Miwaku, Orina : votre ami Anard à été possédé.
- Eh oui, j’ai pris le contrôle du corps du boulet qui m’avait obtenu.
- Il est la perle de l’eau.

Quoi, c’est impossible.

- Quand on utilise trop du pouvoir de la perle en une attaque, elle peut prendre le contrôle du corps de celui qui l’utilise.
- Alors je comprends pourquoi tu ne voulais pas utiliser le tien.
- De quoi tu parles ?
- C’était toi alors, la boule de feu ?
- Oui, je t’ai entendue, je l’ai entendu, mais je ne vous voyais pas, j’ai lancé instinctivement un Hi et il l’a reçu.
- Mais de quoi vous parlez ?
- Quand j’était évanoui, j’ai rêvé et je l’ai entendue, elle était avec Moni, il la torturai pour qu’elle utilise son pouvoir. J’ai lancé une boule de feu, mais Emprii m’a réveillé avant que j’ai pu voir la suite.
- Que c’est beau cette réunion, mais je dois l’interrompre.

Anard, ou du moins, le corps d’Anard, a recréé un dragon d’eau. Malheureusement, l’épéiste n’est plus là.

- Vas-y Toramizu !
- Je ne vais pas te laisser blesser l’un d’entre eux ! Même si je maitrise mal mon pouvoir, je vais m’en servir pour les défendre : shine.

Elle se met à briller. Etrangement, le dragon d’eau fut comme hypnotisé par cette lumière. Il charge. Apparemment, elle ne compte pas attaquer, mais si elle est encore touchée par une attaque, elle risque gros, elle risque de mourir, et elle le fait pour éviter que nous soyons touchés.

Miwaku !

Arrête de réfléchir, et agit !
Et je cours me placer entre elle et le dragon.


Dernière édition par Miwaku le Jeu 1 Mai - 1:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mar 19 Fév - 3:28

Chapitre 10 : Miwaku

Ahh... J'ai mal... partout... comme si chaque centimètre carré de mon corps me brûlait... C'est... comme lors de l'un de mes duels avec Anard... Le feu ne me fait plus rien grâce à ma perle, mais c'est l'eau qui, en trop grande quantité, me brûle.

- Je pense qu'il va se réveiller bientôt. Enfin, je crois.

Elle chuchote, comme auprès d'un mort. Mais je ne le suis pas... j'espère...
Je n'arrive pas à parle, bouger ni même ouvrir les yeux.

- Orina à fait tout ce qu'elle à pu avec son pouvoir. J'ai fait tout ce que j'ai pu durant son sommeil. Pourvu qu'il ne meure pas, je ne sais pas pourquoi, mais je le sent, il sera important pour moi. Quand? Je ne sais pas.

Alors elle aussi. Je suis soulagé, je ne suis pas le seul à penser ça.

- Mais, il n'est qu'un simple humain, au moins pour l'instant. Donc il peux mourir n'importe quand. Il faut que je fasse quelque chose pour ça.

De quoi elle parle?

- Je me demande si... si je fait comme ce prince dans cette histoire pour enfants... pour réveiller la princesse qui à dormi durant cent ans...

TILT ! Elle compte m'embrasser pour me réveiller... Quelle bonne idée.

- Je ne sais pas si c'est une bonne idée.
- Ah ! C'est vous docteur.
- Oui, je viens te chercher pour que tu manges un peu. Tiens.
- Merci.

Pff, il vient tout faire rater.
Elle est entrain de manger, mais j'entends une autre voix. Elle est lointaine, mais elle est claire.

Miwaku ! Tu es vraiment un crétin fini !

Qui es-tu? Pourquoi la fille juste à côté n'a pas l'air de t'entendre? Et pourquoi j'ai l'impression de t'avoir déjà entendu?

Je suis en toi Miwaku. Pour être exact, je suis à gauche, à l'arrière de ton cou.

C'est là que se trouve ma perle. Es-tu un esprit qui y réside?

Non, je suis toi, tout comme tu l'es. Mais je suis toi contrôlé par sa puissance, tout comme tu es toi qui la contrôle.

Quoi? Et comment ça se fait que tu sois moi?

Anard. Tu te souviens de lui? Juste avant que tu ne t'évanouisses, il à été contrôlé par le pouvoir de sa perle. Je suis le toi qui arrivera quand tu sera comme ça.

Alors, tu es un méchant moi?

Pourquoi méchant? Le deuxième Anard était méchant, mais ce n'est pas le cas de tous. Tu ne dois pas avoir peur d'être contrôlé.

Tu dis ça, mais tu pourrais faire n'importe quoi si je passe sous le contrôle de la perle.

Tu as torts, rappelles toi, pourquoi l'autre Anard ne t'as pas tué.

Car l'autre Anard ne voulais pas.

C'est ça. Il ne peux rien faire que l'autre Anard ne veuille pas. Ce qui est valable pour toi aussi. C'est moi qui t'ai réveillé quand tu réfléchissais à quoi faire quand le dragon d'eau attaquait ton amie, ce qui à fait que tu lui a servi de bouclier. Et si je ne voulais pas que tu survives à ça, tu serai déjà mort. Je t'ai laissé dans le coma pour te parler, mais tu réfléchis tellement que tu ne m'entends pas.

Désolé. Et que voulais tu me dire de si important?

J'ai senti en toi une hésitation. Tu hésitais à réutiliser ton pouvoir de peur de devenir comme ça. Je voulais te dire de ne pas t'inquiéter. Juste te dire : nous, nous obéissons au plus puissant de ceux qui ont été libéré. Pour l'instant, c'est Moni, mais quand cette fille aura libéré son pouvoir, il se peut que ce soit à elle que nous obéissions.

Cette fille? Celle à côté de moi? Elle a quel pouvoir?

Hun... Je te reparlerai plus tard. J'en ai marre de parler, ça m'épuise. A plus, je vais nous réveiller maintenant.

Quoi? Déjà?
Je me réveille brusquement. Je regarde autour de moi : Je suis dans un lit à double place, mais bien qu'étant au milieu du lit, cette fille, dont je ne connais toujours pas le nom, est couchée à côté de moi, endormie. C'est normal, il fait nuit. j'essaie de me déplacer dans le lit, histoire de lui faire de la place.

- Huh? Oh, tu es réveillé... AH, désolé de m'être endormie comme ça, ne va rien t'immaginer. Je voulais juste être certaine que tu n'allais pas mourrir.

Elle à l'air génée.

- C'est parce que tu t'en veux, n'est-ce pas? Tu n'as rien à te reprocher, c'est moi qui me suis mis de manière à te servir de bouclier.
- Oui, c'était pour ça. Merci... Miwa.
- Par contre, maintenant, tu dois faire quelque chose pour moi.
- Quoi ?!

Tournée comme ça, ma phrase sonne un peu perverse...
- Non, ne le prends pas mal. Je voulais juste connaître ton nom. J'aime savoir qui je sauve.
- Je... m'appelle... Azusa...

C'est étrange, mais j'ai l'impression de la connaître.

- Tu sais... J'ai l'impression de t'avoir déjà rencontré, comme si on était de amis de longue datte.

Comme moi...

- Ca te dérange si je me rendors encore un peu?
- Non, mais... Miwaku... euh... est-ce que je peux dormir ici? C'est la seule chambre de libre, c'était surtout pour ça que j'étais ici, le vieux m'a l'air un peu pervers sur les bords.
- Bien sûr, je ne te ferais rien...

Et c'est pas l'envie qui me manque.

- Merci. Bonne nuit.
- Ouais.

* Miwaku avait oublié l'étrange phrase qu'Azusa avait prononcé quand il était évanoui. *


Dernière édition par Miwaku le Lun 17 Mar - 22:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Ven 7 Mar - 2:28

Chapitre 11 : Miwaku


- Alors, comment va-t-il ... Oh, pardon. Je m'en vais.

Hun...? Qu'y a-t-il? Ouahh !
Azusa est toujours endormie, mais durant son sommeil, elle m'a enlacé. C'est embarrassant, j'essaye de me dégager de son étreinte mais elle me serre encore plus.

- Azusa, réveille toi.

Elle grogne, mais elle ne bouge pas. Je force un peu, mais elle tient bon.

- S'il te plait.

Non, elle ne veut vraiment pas.
Quelqu'un parle dans le hall.

- Ca ne sert à rien d'y aller, il dort toujours.
- Non, je viens de l'entendre parler. Il doit commencer à émerger et parle encore seul, je vais voir si il n'a besoin de rien.
- Mais,... Oh, et comme tu voudras. Tant pis pour toi.

C'est Orina. Elle vient, il faut que je me dégage d'ici et vite.
Alors, c'est cette Orina que tu aimes? Pourtant je sens que tu n'as pas réellement envie de te dégager de là...
Oh non, il est toujours là... Que viens-tu faire là?
Maintenant, je sais que tu peux m'entendre même éveillé. Dis, laquelle des deux tu préfères? Tu ne veux pas que cette Orina te voies dans les bras d'Azusa, mais tu ne veux pas pour autant les quitter... Tu aimes les deux? Il va falloir faire un choix.

- Miwaku, tu es réveillé? J'entre, je t'apporte ton petit déj' et... qu'est-ce qu'elle fait là elle?
- Hu, quoi? Oh, bonjour Miwaku, bonjour Orina. Qu'est-ce qu'il y a, t'es de mauvaise humeur?

Elle ne s'est rendue compte de rien ou elle le fait exprès?

- Euh, eh... Non, rien. Bon ap'.

Elle sort de la pièce après avoir déposé, violemment le plateau avec mon repas.
Ca tombe bien, j'ai faim. Ou plutôt, on a faim.

- Qu'est-ce qu'elle a?
- Ca doit être en rapport avec ta position avant de te réveiller.
- Oh, mais ce n'est rien, j'ai l'habitude d'essayer d'attraper les objets environnants dans mon sommeil. Désolée.
- Je pense qu'elle a été plus choquée que moi.

Hum, ça pourrait être utile plus tard, quand tu voudras la tirer.

- Mais ne t'imagines pas de choses perverses.

Dommage...

- Non, c'est pas dans mon caractère. Par contre le sien...
- Quoi? J'ai pas compris ta dernière phrase.
- Euh, rien, rien.


Plusieurs heures se sont écoulées. Nous sommes chez Psylo. Je suis accompagné par Azusa, Orina et Batmitt.

- Bon, maintenant qu'il est remis sur pieds, vous dégagez de chez moi. Je n'ai que deux chambres et vous les avez squattées toutes les deux.
- Ce n'est pas grave, j'ai deux chambres disponibles. L'une d'elles à deux lits, j'espère que ça ne vous dérange pas de coucher ensemble, Orina, Azusa?

Et après, c'est moi le pervers, hein Miwa?
Orina rougit, mais ça amuse Azusa.

- Désolé, mais je préfère les mecs.
- Euh, j'ai mal formulé il me semble. Je voulais dire, que vous couchiez dans la même chambre.
- Je crois qu'elles avaient copris.
- Excusez moi !

Tout le monde se tourne vers moi. Je n'aime pas ça.
Hé, tu rougis. Timide?
Très.

- Quelqu'un peut me dire ce qui c'est passé après que je... que je...
- Que tu te sois pris l'attaque de Anard de face et que tu te sois évanouis sous le choc?
- Euh, oui.
- Après t'avoir touché Anard à été pris d'un conflit intérieur. Enfin, je n'en suis pas certain à cent pour cent : Le Anard que tu connais a pensé que tu avais été tué. Il s'en est pris à l'esprit qui contrôlait son corps et les deux esprits se sont battus à l'intérieur d'un même corps.
- C'était effrayant, le corps réagissait n'importe comment et parlait pour les deux à la fois.
- Mais grâce à ça, on a eu aucun mal à le neutraliser. Mais une fois que le moment fut venu de le tuer, aucun de nous n'en a eu le courage...

Azusa... elle... elle pleure?

- Désolée, désolée. Je pensai être assez forte pour vous aider à combattre Moni, mais je ne suis qu'une loque.
- C'est vrai.
- Toi non plus tu ne l'as pas achevé.
- Mais je soigne moi, je ne tues pas.
- Et qu'en avez vous fait?
- J'avais pensé lui enlever sa perle, mais vu que ça le tuerai, nous n'avons pas osé non plus. Alors nous l'avons juste... ligoté, bailloné et envoyé par convoi équestre au château du roi.
- Pour qu'il le tue à notre place?
- J'ai fait ça sans demander votre avis, désolé, mais ça revient au même, non?
- Non!

Elle s'énerve.

- Non, même si il le tuai, il aurait la perle pour un nouveau guerrier. Mais il ne le tuera pas.
- Comment le sais-tu?
- Il est temps que je vous explique le fonctionnement des perles : les perles sont l'esprit de démons, une fois qu'une trop grande quantité de pouvoir est utilisé en une fois par la personne qui possède une perle, l'esprit arrive à posséder le corps. L'âme de la personne passe à l'intérieur de la perle tandis que celle de la perle passe dans le corps, mais elle peuvent communiquer.
- Et moi, pour l'instant, est-il possible que je parles à ma perle?
- Non, enfin pas pour moi, ni personne que je connais.
- Et vous, Psylo?
- Parfois, durant mon sommeil, je ressent sa présence, mais je n'ai jamais communiqué avec, non plus. Pourquoi? Tu y arrives?

Explique-moi!
- Je n'en sais pas plus que toi. Je te l'ai dit, je ne suis pas l'esprit de la perle : je suis le toi contrôlé.

- Non, non, c'était par curiosité.
- Je peux continuer? Une fois qu'un esprit est libéré, il obéira à l'esprit le plus puissant libéré. Dans notre cas, il s'agit de Moni. Rien n'est plus puissant que la mort. C'est pour ça qu'il se créé une armée. Il envoie un de ses soldats exécuter une mission dangereuse en espérant qu'il libère son pouvoir, si ce n'est pas le cas, il le renverra pour une encore plus compliquée.
- Et comment sais-tu tout ça?
- J'étais dans une autre zone que vous, la zone d'implantation des perles. Vous y êtes passés aussi.
- Quand? Je ne m'en souviens pas...
- C'est à cause de Cobra. Il possède la perle des souvenirs, il remplace les souvenirs. Miwaku : ça ne t'étonnes pas que, Anard et toi, n'ayez jamais réussi à finir l'un de vos soit-disant duels? Alors même qu'il possède la perle de l'eau?
- Non, nous étions toujours interrompus ou nous étions morts d'épuisement. Je m'en souvient parfaitement. D'ailleurs Anard aussi s'en souvient.
- Et te souviens-tu de tes parents? Leur visage par exemple...
- Oui, assez bien, pourquoi?
- Alors que tu as été abandonné à ta naissance?
- Euh...
- C'est vrai, moi aussi... Mais pourquoi on n'y a pas réfléchit avant?
- Il ne vous à jamais entrainé à réfléchir non plus.
- Pourquoi alors... nous a-t-il laissé nous rebeller? Il aurait pu nous en empécher...
- C'est pour ce distraire. Il le fait régulièrement avec un ou deux nouveau venu. Sinon, pour en revenir à moi, la perle de la lumière a des difficultés à être implantée, comme celle des soins. Leur démon n'est pas réellement un démon, il a un bon côté. Ce qui les rends différentes des autres perles. Pour être certain que je lui obéisse, il a essayé de me forcer à utiliser mon pouvoir, mais je ne voulais pas. Quand ça a commencé a l'ennuyer, il me tortura non seulement physiquement, mais aussi mentalement, en me racontant tout ce qu'il savait sur les perles.
- Je n'y croit pas!
- J'ai moi-même du mal à y croire.
- Mais, je sais qu'elle dit vrai!

T'es sûr de toi?
Oui!


Dernière édition par Miwaku le Mar 18 Mar - 0:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mer 12 Mar - 0:20

Chapitre 12 : Miwaku

Plusieurs jours se sont écoulés depuis notre arrivée ici. Je dirai même plusieurs semaines. Nous vivons toujours tous les trois chez Psylo, il n'a pas l'air d'être dérangé par notre présence, mais il est temps que nous partions. On a prévu de partir dans la journée, Psylo nous à offert une carte de Miryou, une tante avec son matériel de camping, 10.000 zatis et trois des guerriers du village nous accompagnent dans notre quête. Nous nous dirigeons vers le prochain village : le village natal d'Azusa, Maenaid.
Et tu ne t'es encore fait aucune des deux, tss.

- Je n'arrive pas à croire que je vais enfin pouvoir revoir ma famille.
- J'espère que tu ne t'y plairas pas trop... Je préfèrerais que tu continues le voyage avec nous...
- Ne t'en fais pas, je resterai avec toi.
- Au lieu de discuter, et si on partait?

Orina est toujours de mauvaise humeur lorsque Azusa est joyeuse, ça devient lourd à la fin.
Hé, c'est qu'elle est jalouse d'elle. Il faudra que tu choisisses laquelle tu veux.

- On y va? Bon, allez les trois, vous vous grouillez?

Ceux qu'elle appelle les trois, ce sont les trois guerriers du village.

- Tu pourrais les appeler par leur nom comme tout le monde.
- Allez les gars, on y va.

On est enfin parti.
Elle leur fait de l'œil, fais attention ou tu va la perdre, héhéhé.
Là, il est entrain de se moquer du fait que j'ai rapidement un faible pour une belle femme, or ces deux là sont de très belles femmes.
Alors pourquoi tu hésites?

- Elle est top cette fille.
- Ouais, cette nuit, je me la fait.
- Tu es cinglé, tu vas te prendre un rateau. Non, moi je préfère la mater quand elle ira se laver, ainsi que l'autre aussi.
- Mwouais, bof, elle est fort plate...
- Obsédé, n'est-ce pas. Mais tu râles vite, elle fait du B.

C'est bien ce que je pensai, tous les trois des pervers.

- Ah, vous partez enfin de ce village. On va enfin pouvoir discuter.
- Qui... Skulker?
- Qui est-ce?
- Celui qui à détruit le village que Moni m'avait demandé de détruire. Qu'est-ce que tu fais là?
- Je vous ai vus combattre contre Ackro et Anard, je vous attendais pour vous demander si je pouvais me joindre à vous, mais je pouvais pas rentrer au village, comme j'ai une prime sur ma tête.
- Si tu as perdu tes tendances psychopathes, peut-être... en plus j'ai besoin de rassembler le plus de perles possible.
- OK, on a un deal, je vous accompagne.
- Alors tu portes mes sacs.
- Tout ce que tu veux beauté... c'est quoi ton nom.
- Elle, c'est Azusa. Et tu porteras mes sacs aussi, crétin.
- Toujours aussi sympa Orina. Ça fait plaisir de te revoir.

* Plusieurs heures plus tard*

Pour arriver au prochain village, nous n'avons qu'à longer la rivière, difficile de se perdre.

- Bon, il fera bientôt nuit, on va préparer le camp pour cette nuit.
- Allez les mecs, préparez le campement. Ah, c'est génial d'avoir cinq mecs, ils font tout le boulot.
- Je vais chercher du bois, Skulker viens avec moi. Vous, montez la tente.
- Eh, t'es pas le chef ici, hein. D'abord, la tente est une avec seulement trois places, on ira pas tous, alors je vois pas pourquoi je la montrai sachant que je n'irai peut-être pas dormir dedans.

Ah, qu'ils sont chiants.
Pour un fois, je suis d'accord avec toi, mais il a raison, qui dormira dans la tente?

- Allez les gars, priorité aux filles pour la tente. Et vous n'allez tout de même pas nous la faire monter, hein?
- D'accord, princesse.

Tout s'arrange, on peut passer une nuit tranquille.

- Allez, tous au pieu.

Et je m'endors.


J'entends un bruit étrange. C'est surement Soniacro, Psyann et Jubi qui tentent de rentrer dans la tente.
Tu devrais les accompagner.
Shut... Non, ce sont plutôt des bruits de coups. Je vais regarder.

J'ouvre les yeux et je remarque que je suis seul hors de la tente. Les bruits viennent de la forêt.

J'arrive dans la forêt et je remarque le corps de Psyann, une grande coupure assez profonde parcourt son torse, avec un creux au niveau du cœur.
Tiens, je ne savait pas que certains animaux pouvaient arracher un cœur comme ça.
Ce n'est pas un animal, c'est un autre humain. Je me demande si les trois autres vont bien.
Ton ami Skulker va bien, si ce n'est que c'est toujours sa perle qui le contrôle, comme depuis la première fois.
Quoi? Il est contrôlé, t'aurais pu me le dire plus tôt.

En avançant dans la forêt, je sais ce qui m'attends, le corps de Soniacro n'est plus qu'un tas de chair et sang, avec juste sa tête reposant dessus.
Tu veux un steak haché.
J'ai un haut-le-corps. Tais toi !
Et l'autre est découpé en tranches un peu plus loin.
Et Skulker?
Je sais pas pourquoi, mais si j'étais toi, je resterai pas ici...
C'est vrai ! et les filles?
C'est pas ce que je voulais dire...

J'arrive à la tente, je l'ouvre brusquement.

- Ouf, elles sont là
- HIAA, pervert !
- Je savais qu'un d'entre vous allait entrer, mais je n'aurai pas parié sur toi Miwaku. Tu ne m'as rien fait quand je dormais à côté de toi, c'est juste Orina qui t'intéresse? Tu me déçois.
- Skulker à tué les trois autres.
- Et où est-il?
- Je sais pas, ça m'inquiète.
- Derrière...

Il est juste derrière.

- J'aime tuer... Les innocents, les faibles, c'est marrant de les voir implorer pour leur vie. Mais le mieux, c'est un vrai guerrier, pas comme ces trois là, quand un vrai guerrier perd, qu'il se rends compte qu'il ne peut pas gagner.
- Alors, combats moi.
- iron cubic trap.

Il vient de former un cube d'acier autour de la tente.

- Comme ça, se sera du un contre un. Malheureusement pour toi, si tu me tues elles ne sortiront pas.

Que faire?
Laisse moi ta place, je le battrai rapidement.
T'es sûr? Non, aide moi en disant comment attaquer.
Pff, t'es pas marrant. Nan, je vais voir comment tu te débrouilles.

- Hammer. Shield. Voilà, je suis prêt.

Un simple bouclier? Non, il recouvre tout son corps.
Il y aurait un moyen rapide, si tu me laissais faire... Malheureusement...


Dernière édition par Miwaku le Mar 28 Oct - 1:00, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Lun 17 Mar - 3:00

Chapitre 13 : Miwaku

- C'est ça que je fait de mieux cette armure. A par les pouvoirs qui agissent sur moi directement, je ne craint rien. Et devine quoi : elle est polymorphe

Bon, comment vais-je m'y prendre...
Moi je sais, moi je sais... Laisse moi ta place et tu verras.
Dis moi...

- Iron... euh... spade?
- Euh, chouette un cure-dents en fer.

Manque de concentration, typique d'un débutant.
Sauf qu'il n'est pas débutant.

- Bon, on y va : fire.

La boule de feu à éclaté contre son armure, mais il a à peine oscillé.

- Deux choses à te dire : Premièrement, mon armure est en métal pur, c'est pas une petite flammèche qui va l'endommager. Ensuite, pourquoi tu as à peine sourit en me voyant sortir un cure dent à la place d'une lance?
- D'abord, car je ne suis pas assez expressif, ensuite, vu que tu as réussi à créer une prison, une masse et un bouclier moulant le tout en fer, c'est pas me sortir une connerie comme ça qui me fera penser que tu es débutant, ce qui me ferai rire et ça te permettrai de me défoncer le crâne avec la masse que tu as subtilement caché derrière toi lors de ton speech sur ton armure.
- Ah ! Tu as détruis toute mon attaque surprise. Mais au lieu de te concentrer sur les détails, tu aurais du m'écouter.
- Je l'ai écouté : d'abord tu as dit qu'elle était polymorphe, donc tu laisses ta masse sur le côté pour me faire croire que tu n'attaqueras pas, mais tu en refais une dans ton dos pour me prendre par surprise. Ensuite, ton point faible est, comme tu me l'as dit, je dois attaquer directement ton corps, pas à travers l'armure. Et tu me dis que j'ai détruit tout l'effet de surprise pour me faire croire que tu ne prépares rien de plus.

Mais le problème, c'est que je ne connais pas les mots pour utiliser des attaques...
Moi bien, alors laisse moi ta place.

- Bien, bien, tant pis pour la surprise. Mais au fait, ce n'est pas une masse que je créé dans mon dos, ce sont une épée et une hache.

Dépêches-toi avant qu'on y passes.
Oui, oui, tu as peut être raison. Prends ma place.
...
...
Et alors?
Comment on fait?

Skulker en profite pour attaquer, mais vu que je sais pas le combattre, je me contente d'esquiver.

- C'est bien de connaitre mon point faible, mais tu ne sais pas comment l'exploiter. C'est pas en courant et esquivant que tu m'auras.

Je sais pas moi.
Quoi? Je pensai que tu savais !
- On va essayer comme pour Anard. Utilises des grandes attaques. Comme "Fire pillar".

- Hibashira !

Une étroite colonne de flammes s'élève depuis le sol sous Skulker. Même si son armure tiens le coup, il doit être mort.
Ca oui, il est cuit plus qu'à point.

- Ahhh ! C'est chaud, j'étouffe... arrêtes.

Surtout n'arrêtes pas, laisses le crever.
Tu trouves pas ça étrange qu'il crie juste, il pourrait sortir tout simplement...

- Ahhh ha ha ha... tu n'as même pas pitié... héhé... et tu n'es même pas surpris de me voir sortir?
- Non.
- Et oui, ma combi m'isole de la chaleur.

T'as pas un truc plus simple à maintenir? Car la colonne pompait trop de ma force.
Essaye cooking. Ca le fera chauffer et tu pourras même espérer...
...le chauffer lui, bonne idée.
... je voulais plutôt faire fondre son armure.

- cooking.
- C'est quoi cette fois?
- Ton corps va chauffer, et tu auras deux morts possibles : soit tu te laisses mourir de chaud dans ta combinaison, soit tu l'enlève et tu mourras grâce à ta propre masse, j'attends de voir la moindre parcelle de ton corps et je l'écrabouillerai héhéhé.
- Toi? le gentil Miwaku, oser tuer un ex-ami d'une façon si barbare, je parie que tu n'oseras pas. Pff, c'est vrai qu'il fait chaud...
- Tu es prêt à un petit pari ? Tu retires ta combi, si tu as raison et je suis le gentil Miwaku que tu connais, tu vivras. Si tu as tort ou si tu restes dans ta combi, tu meures. OK?
- OK, j'étais avec toi dans ta première mission. Je sors !

...

Je n'aurais jamais cru que tu allais le faire.
Quoi ?! C'était pas toi?
Non, c'était ta propre colère. Heureusement que les filles sont à l'abri dans leur cage en fer.
Vite, il faut les sortir de là, elles vont étouffer.

- Melting.

Je fait fondre un trou sur l'un des côtés du cube. Je vois les filles, mais elles sont inanimées.


Dernière édition par Miwaku le Jeu 1 Mai - 1:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Lun 7 Avr - 18:56

Chapitre 14 : Miwaku


Elles sont mortes étouffées...
Non, Orina se réveille, elle va pouvoir sauver Azusa.

- Alors, tu l'as battu? Je suis soulagée qu'il ne t'ai pas blessé.
- Oui, oui, je vais bien. Mais ce n'est pas le cas d'Azusa. Tu saurais la sauver avec ton pouvoir?
- La sauver, elle? Pourquoi, on est mieux sans, non? A moins que tu ... non, non, j'ai rien dit. De toute façon, je n'ai pas le choix, n'est-ce pas. Je vais le faire, mais ça pourrai prendre un moment. Avant ça, est-ce que tu as vraiment tué Skulker?
- Je pense que oui, mais je n'en suis pas certain. Et je n'ai pas envie de l'achever.
- Prends un couteau et enlève lui sa perle, même si ça le tue, ce ne sera pas une grosse perte.

Je sors un couteau de l'un des sacs et je me dirige vers lui. Nos perles se situent à l'arrière de nos nuques, je lui ouvre la peau, mais je le charcute plus qu'autre chose. Du sang se met à sortir par jets, j'ai dû couper une artère. J'arrive finalement à extraire une petite bille. Je me dirige vers la rivière pour me nettoyer les mains et la perle par la même occasion. C'est une perle grise et brillante, elle est belle.
Je reste un moment assis là, sans rien penser, mais j'entends un léger bruit, comme une explosion très lointaine.
Des feux d'artifices? Ou alors ce sont des gamins qui jouent avec des pétards...
Je retourne raconter ça à Orina.

- Ce n'est rien, par contre tu as l'air fatigué. Dors un peu et je te réveillerai si il y a un problème.
- Et toi, tu ne dors pas?
- J'ai déjà dormis, puis être inconscient repose aussi. Et je dois la sauver aussi, je ne peux pas dormir.
- C'est vrai, Azusa... Bon, ben merci. Je vais dormir un peu.

Je n'ai aucun mal à m'endormir, à peine après avoir fermé les yeux, je sombre dans un profond sommeil.
Je me retrouve dans un décor étrange, je suis dans une plaine, en plein printemps, mais le sol est vertical, je me trouve debout sur le tronc d'un arbre qui lui, est horizontal. C'est un troc assez gros, je dirai deux mètres de diamètre. C'est le seul arbre dans cette plaine, d'ailleurs, il n'y a rien d'autre ici. Je n'ose pas bouger, de peur de tomber.

- Quel rêve étrange, et j'ai l'impression d'être réveillé...
- Hein? Qui est là?

La tête d'Azusa sort des branches, suivie par le reste de son corps.

- Oh, c'est toi. Comment es-tu arrivé ici?
- Je suis en train de dormir, et je rêve.

Azusa lève la main et ma gifle. Je tombe de l'arbre mais curieusement, je reste attiré par lui et je ne tombe pas.

- Pourquoi tu m'as frappé? Et pourquoi je ne suis pas tombé de l'arbre?
- Je t'ai frappé pour te montrer que tu ne dormais pas.
- T'aurais pu simplement me le dire.
- Mais tu ne m'aurais pas crue. Et tu ne tombes pas de l'arbre, car il dispose de son propre champ de gravité, tu peux tourner autour de lui comme autour de n'importe quelle planète.
- De plus en plus étrange. Et comment part-on d'ici, si ce n'est pas un rêve?
- Je ne sais même pas comment nous sommes arrivés ici. J'étais enfermée dans la boite que l'autre psychopathe à crée et je me suis évanouie... c'est peut-être ici que nous arrivons quand nous mourrons?
- Hé, je ne suis pas mort ! J'ai battu Skulker, je vous ai délivrées toutes les deux et Orina est en train d'essayer de te réanimer.
- Cette incapable essaye de me sauver? Qu'est-ce qui lui prend, je lui ai rien demandé !
- C'est moi qui lui ai demandé. Et elle fait de son mieux pour te réveiller.
- Bah, ça ne sert à rien vu que je suis morte, comme toi.
- Je ne suis pas mort. Et je compte sur Orina pour nous sauver.
- On risque de rester ici longtemps...


Orina

- ATCHI... quelqu'un parle de moi.

Que dois-je faire, Azusa n'est pas blessée, elle a suffisamment d'énergie et tout, mais c'est comme si son corps s'était mis en hibernation, et j'ai pas envie que Miwaku apprenne que je ne sais pas quoi faire pour la sortir de là... il a l'air de tenir beaucoup à elle... et ils ont même passé une nuit ensemble... je me demande ce qu'ils ont fait... et ce qu'il lui trouve, elle est trop aguicheuse... mais je ne sais rien faire pour elle, je vais aller lui dire. J'espère qu'il ne dort pas déjà.

Je me dirige vers la tente, malheureusement, il est déjà endormis.

- Euh, Miwaku... réveilles-toi... s'il te plait. Azusa ne va pas bien.
- Il ne dort pas non plus.
- HII! Emprii, qu'est-ce que tu fait ici? Je... on pensait que tu étais mort, avant l'attaque contre Moni, tu n'étais pas revenu des cuisines.
- Je sais, c'est car... j'ai fuit. Je pensai que mon pouvoir n'aurait été utile à rien en combat, et j'avais peur de mourir. Tu comprends?
- Je comprend que tu aies eu peur, mais on y est tous allés, aucun de nous n'a fait demi-tour, ni n'a fu...

Fuit? si, nous, nous avons fuit, Miwaku m'a entrainé quasiment de force avec lui, et en portant Azusa.

- Si, vous avez fuit. Et Moni vous recherche tous les trois. Vous avez fuit juste pour sauver votre peau, chaqu'un de vous, alors...
- NON !
- Non? Oserais-tu dire que tu n'as pas fait ça pour sauver ta précieuse petite vie, tout comme moi.
- Si, si, j'ai couru pour sauver ma vie, comme me l'avait demandé Miwaku. Mais lui, il n'a pas fuit pour se sauver : il à fuit pour nous sauver, toutes les deux!
- Oh, le brave Miwaku. Mais le résultat est le même! Il a fuit et n'a pas combattu Moni. Et si je ne vous ramènes pas vivant et que je dit que je vous ai tués, le prochain de ses sbires qui vous croise lui dira que vous êtes encore en vie, et Moni me tueras. Miwaku et la prisonnière de Moni sont déjà à moitié capturés, ils sont dans mon monde, où ils doivent se demander ce qui leur arrive et sont certainement en train de profiter pleinement de leurs derniers instants de vie, si tu vois ce que je veux dire.
- Non, il n'est pas comme ça!
- Il n'est? Donc tu tiens bien à lui. Amoureuse?

Non! Je ne peux plus être amoureuse.

- Non!

J'empoigne Emprii. Non, je ne peut plus l'être, ça...

- Absorb
- Alors, tu es toujours comme ça, je suis soulagé... je vais mourir, dommage...

L'énergie d'Emprii me remplit, je ne me calme pas, je vais vers Miwaku. Je sens que je vais aussi l'attaquer, mais je ne veux pas, comment m'en empêcher, je ne sais pas...


Dernière édition par Miwaku le Lun 5 Mai - 4:17, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Jeu 24 Avr - 23:26

Chapitre 15 : Miwaku


- Hum.... Ouahhh *bâillement* Qu'est-ce que?

Ce n'était qu'un rêve? Etrange, je parlais avec Azusa et tout à coup je me retrouve ici, comme si rien ne s'était passé.Il semblait si réel.
Tu ne sais pas toi?
Moi, je dormais normalement, pourquoi?
Alors, ce n'était qu'un rêve...
Je décide de sortir pour voir comment va Azusa.

- Miwaku? Tu es réveillé, je suis contente... c'était donc ça.
- Je ne comprend pas, qu'y a-t-il?
- Euh, non, non, rien du tout, tout est normal. Et pour Azusa, elle devrait être réveillée aussi.

Elle sort justement de son réveil.

- Alors, tu vas mieux?
- Mieux, mais de quoi tu parles, on viens de se parler, sur l'arbre...
- Donc ce n'était pas un rêve...
- Non, j'étais arrivée dans l'arbre depuis un moment, tu es arrivé, je t'ai frappé, on a commencé à parler de l'étrangeté de l'arbre et ensuite on n'a pas arrêté de parler de... euh, de...
- D'Orina, n'est-ce pas.

Hé, regarde, elle rougissent toute les deux, l'une par honte de n'avoir qu'Orina comme sujet de conversation avec toi, l'autre car tu as parlé d'elle longuement avec une autre fille.

- Orina! Que c'est-il passé quand on était... ailleurs?
- Rien, rien.

Elle détourne la tête de moi, elle cache quelque chose.

- Si, et dis le moi, s'il te plait.
- C'était Emprii.
- Emprii? Il est encore en vie? Où est-il? Pourquoi il n'a pas participé à l'attaque avec nous?
- Il avait peur, et il a fuit... comme moi. Je ne vaut pas mieux que lui.
- Je t'ai emmenée de force, tu voulais rester et tenter d'aider comme tu pouvais, tu oublies? Et nous avons fuit face à la mort, lui à la peur. Et de toute façon, ça ne change rien que nous ou lui ayons fuit, si ce n'est que nous sommes en vie. Et que voulait-t-il?
- Il voulait nous capturer, pour nous donner à Moni. Il en a toujours peur et continue de le servir.
- Et où est-il?
- ...
- Qu'est-ce qu'il y a?
- J'ai peur...
- De quoi? Il t'a blessée? Que t'a-il fait?
- Ce n'est pas ce qu'il m'a fait, mais ce que moi, je lui ai fait.
- Je ne comprend pas...
- Il m'a dit... quelque chose qui m'a fait faire une chose que je n'aurai jamais osée, ni su d'ailleurs, faire : j'ai utilisé mon pouvoir pour absorber sa vie.
- Et tu as peur car tu n'arrivais plus à contrôler ton pouvoir, tu agissais sans pouvoir décider quoi faire... j'ai eu le même problème contre Skulker...
- Mais, j'ai failli te tuer... et je ne voulais pas, je n'aurai pas su me stopper, mais je suis tombée là, ne sachant plus bouger. Quand j'ai su bouger, j'ai réanimé Emprii avec ma santé et je l'ai porté ailleurs, pour te cacher ça... J'ai honte, j'aurai pu te tuer...

Elle se met à pleurer. Instinctivement, je l'enlace. Elle rougit tout à coup, puis elle s'appuie contre moi...

- Si je gène, il faut le dire!
- Pas la peine, reste... je vais vous tuer tout les deux.


Dernière édition par Miwaku le Ven 2 Mai - 3:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Ven 2 Mai - 3:07

Chapitre 16 : Miwaku


- Orina, qu'es-ce qui te prends?
- Nah, je ne suis plus cette idiote, cette faible, cette...
- Arrêtes !
- Oh, c'est toi, Azusa. Tu ne me battras pas.
- Miwaku, cours te protéger, ou reste me voir combattre, fais ce que tu veux, mais laisses la moi!
- Ne la blesse pas, pas trop...

Son regard dit tout.

- Ne la tues pas s'il te plait.
- N'intervient pas, sauf si je meures, là je te la laisserai, héhé

Hé, c'est la première fois qu'on les verra combattre ces deux là.
Azusa a un pouvoir qui permet de combattre, mais pas Orina... Azusa lance un attaque de combat rapproché?

- Light gloves.

Ses poings brillent et elle se jette sur Orina... ou ce qu'il en reste, mais elle esquive

- Cette pimbêche ne t'aimais pas, ça me facilitera encore plus le combat.
- Lightening.
- Ton pouvoir te limites trop, tu ne sais pas comment attaquer, la foudre ? non, ce n'est qu'un peu de lumière, tu ne m'auras pas si facilement.

Mais Orina ne bouge pas cette fois et se prend l'éclair de plein fouet.
Pourquoi ne pas l'avoir évité?

- Aahh hahaha, la douleur... me fait du bien, encore.
- Si tu le demandes si gentiment, ray

Un rayon de lumière concentrée transperce Orina.

- Ne la tues pas...
- Okay, maintenant, c'est l'heure de la régénération!
- Quoi?

Orina se jette sur Azusa, la plaque au sol et place une main sur sa figure.

- Tu as de la chance, tu va pouvoir assister à ma plus puissante attaque, tout ça car cette gentille Orina ne t'aime pas. Total absorb.

Alors, comme ça, si Orina déteste quelqu'un, cette... fille... peut utiliser tout son pouvoir. Mais le contraire...
Sauves là, c'est pas le moment de réfléchir!
Je cours pour sauver Azusa, je lève le poing, je vais frapper Orina, mais celle-ci tourne là tête vers moi, l'air apeuré... je reste planté là comme un idiot puis abaisse les bras.

- Tu es trop crédule, absorb.

Je sent le coup de poing qui arriva dans mon estomac, mais j'ai l'impression qu'elle ne peut pas prendre mon énergie.

- Alors, c'est grâce à toi que je suis libre, ça faisait longtemps. Merci. Ne m'en veut pas, mais je ne te combattrai pas.
- Je t'avais dit de me la laisser... mais bon, je ne suis pas morte, merci. Tout ce que j'ai à faire, c'est de ne pas la laisser me toucher. Flash!

Un grand flash m'éblouit, Azusa en profite pour se cacher.

- Tu te caches, tu as peur, hé?
- Psst, Miwaku, viens par ici.

On m'appelle? Emprii, que fait-il là?

- Ne parles pas, laisses moi, je suis trop épuisé. Le seul moyen d'arrêter Orina quand elle est possédée, c'est de surexciter son cœur, c'est à toi de le faire.
- Que veux-tu dire?
- Elle devient comme ça en étant gênée, cette fois, c'est par amour, car elle le pense à sens unique... peux, plus, parler, *tousse* si tu lui montres le contraire... haa.

Il s'est évanoui.

- Avec qui parles tu? Oh, c'est un rat, un gros rat nommé Emprii. C'est l'heure de dératiser. Abs...
- Orina, écoutes moi, je t'a... je t'...

Mais dit le imbécile, "je t'aime", c'est pourtant pas compliqué.
A Orina, j'y arriverai, mais à elle pas...
Mais bordel, c'est pas dur, trouves un moyen, mais dis le! Elle vient d'achever Emprii pendant tes conneries.
Je ferme les yeux, je vois Orina.

- Orina, je t'ai...

Soudain, derrière cette vision, se glisse celle d'Azusa... non, je ne pourrais pas y arriver comme ça, je l'aime elle aussi? Tout est confus, je ne sais pas si c'est le cas ou non...

- Bon, ben je retourne chercher l'autre pendant que tu cherches tes mots.

Finalement, je hurle, mais sans aucune conviction :

- Orina, je t'aime!
- Si tu crois que c'est suffisant pour me chasser, tu rêves.

Bon à rien!

- Ne t'en fais pas, maitre du feu, je m'en occupe.

Encore ce gars là, il arrive au bon moment.

- Trouvée, absorb.
- Dépêches-toi s'il te plait.

Azusa est tombée, je me précipite vers elle voir ce qu'elle a. Mais une fois retourné vers Orina, je vois la vraie à travers ses yeux, je sais qu'elle me voit à travers.

- Et ne la tues pas!
- Quoi?! Pourquoi?
- C'est une amie, possédée.
- Je suis un tueur, je n'ai pas l'habitude de combattre des alliés et les laisser en vie. J'ai mal fait de choisir de te défendre, en deux combat, c'est la deuxième personne à ne pas tuer.

Anard, il l'a laissé en vie car il ne savait plus rien faire, et il à tué son dragon en quelques secondes. L'épéiste donne un coup de lame dans la jambe d'Orina.

- Healing!
- Et tu peux me dire ce que je dois faire alors?

Il continue à donner des coups mais elle se soigne aussi vite
Il n'y a rien à faire, sauf pour moi. Je me place devant Orina et l'embrasse.

- Miwa...

Le corps d'Orina me reste dans les bras, sans pouvoir bouger.

- Désolée, de t'avoir forcé, et je vais me reposer un peu, elle pompait mon énergie pour se soigner...

Elle s'endort dans mes bras, je la porte jusque dans un des lits. L'épéiste apporte Azusa et la dépose dans le lit voisin.

- Sayonara.

Emprii se trouve non loin de là, je prend une corde dans mon sac et le ligote, on ne sait jamais. Ca me parait une éternité, même si ça fait seulement quelques heures, quand nous étions avec Skulker, Jubi, Soniacro et Psyann entrain de préparer la tente. Si j'avais su...


Dernière édition par Miwaku le Mar 28 Oct - 1:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Lun 5 Mai - 3:51

Chapitre 17 : Miwaku

J'ai été bête de penser qu'une simple corde pouvait retenir Emprii : dès qu'il reprit conscience, il me fit remarqué qu'il pouvait se libérer quand il voulais, mais qu'il préférait dormir avant, sous prétexte qu'il n'avait pas pu dormir précédemment. Pour l'instant, je surveille Azusa et Orina...

- Hum...
- Réveillée?

Apparemment pas, elle ne bouge pas et n'ouvre pas les yeux.

- Comment a-t-il pu... devant moi... faire ça...

Là, elle parle de toi, elle n'a pas dû apprécier le baiser.
Pourquoi? Où est le problème?
Elle doit sûrement t'aimer aussi. Je vois pas pourquoi... tu n'as rien de bien, si ce n'est ton sens du sacrifice.
C'est pas ça, j'en suis certain.

- Miwaku, comment a-t-il osé...

Que disais-tu?
Même si c'est ça, ça ne durera pas, je ne suis pas quelqu'un à aimer.
Certainement. C'est plutôt car tu les as sauvées toutes les deux, en sensation de danger, l'amour se développe plus vite.
Comment tu sais ça?
Je sais beaucoup de choses, sauf pourquoi je les sait.

- Alors, tu préfères laquelle?

C'est Emprii, il a dû ce téléporter, mais il a gardé les cordes.

- Pourquoi restes-tu ligoté?
- Pour te montrer que je ne veux pas te tuer. Le roi vous veut vivants, vu que vous ne faites pas partie des rebelles.
- Il me semble que si... enfin, je voulais dire, pourquoi ne nous considère-t-il pas en tant que tel? Orina et moi étions dans la rébellion contre lui? Avec toi.
- Ce n'est pas de notre petit groupe que je veut parler, c'est Bratak qui c'est révolté.
- Bratak? Qui est-ce?
- C'est lui qui s'occupait de la section des monstres depuis de longues années, il était très complice avec Moni, mais depuis qu'il a obtenu de lui une nouvelle jeunesse, il l'a plaqué et attaqué, aidé de nombreux autres traitres.
- Et toi? T'as eu peur une nouvelle fois?

Orina est levée, l'air furieuse contre Emprii.

- Que fait-il là? Ca fait longtemps que je suis inconsciente?
- Tu m'avais dis que tu dormais.
- Pas que je me souvienne, tu m'as prise dans les bras après notre discussion puis plus rien.

Elle rougit encore... Hé, ça veut dire qu'elle ne se rappelle pas de quand elle était possédée!
Ni de sa dépossession, miracle ou chose à refaire? L'autre, elle s'en souvient.

- Il dit qu'il ne vient pas pour nous tuer.
- Mais tu m'avais dit que Moni nous recherchaient!
- Pour vous recruter, pas vous tuer.
- Nous... recruter... c'est une blague?
- Non, et pour répondre à la question d'Orina : non, je n'ai pas rejoint cette rébellion, mais c'était car Bratak est pire que Moni.
- Impossible!

Azusa est réveillée aussi, mais elle à l'air un peu différente, un peu effrayée.

- Durant mon emprisonnement, Bratak était gentil avec moi. Pas pour me libérer, il m'envoyait des monstres m'amener de la vraie nourriture, il passait aussi pour discuter simplement.
- C'était certainement pour profiter de toi, la belle emprisonnée. De toute façon, tu oublierais tout avec le lavage de mémoire... que tu n'as pas eu.
- Non, ce n'est pas pour ça... Je lui avait proposé contre un peu plus de nourriture, mais il m'a dit que ça serai impossible. Mais il m'a quand même apporté plus à manger.
- Tu as certainement du avoir à faire avec les morts vivants durant ta détention?

Là, la peur se lit sur son visage.

- Ce sont les monstres de Moni, eux!
- Les anciens humains, oui, mais les morts-vivant monstres sont aux deux, mais quelle puissance : la force musculaire d'un monstre puissant, rajouté à l'immortalité et l'ignorance de la douleur d'un zombie, fameux.
- De toute façon, je ne rejoindrai jamais Moni, ce n'est pas pour ça que je me bat.
- Bratak est pire que Moni, il veut sa place, mais lui torturerais n'importe quel village, juste pour le plaisir, et ne s'en privera pas.
- Ce n'est pas ce que je veux dire : je ne me bat pas pour une grande bataille, ce n'est pas dans mes objectifs d'aider quelqu'un que je n'aime pas.
- D'après mes statistiques, tu es le nouveau numéro un, depuis ton évasion, dans le classement "Ne peut refuser un service demandé par une femme", alors tais-toi. De plus, que faisais-tu parmi nous lors de l'essai de révolution.
- A ce moment, je n'avais que ma vie à risquer, ce qui n'est rien pour moi. Mais depuis notre fuite, j'ai deux vies supplémentaires à protéger, et c'est la seule chose pour laquelle je me battrai.

A moins que ce ne soit pour ça qu'elles t'ont choisit.

- Ah la la, tu passes à côté de l'opportunité de tout savoir sur les perles, comment mieux utiliser ton pouvoir et des choses comme ça. Bon, tant pis, je dirai au roi que tu refuses, mais que tu ne t'associeras pas non plus aux rebelles. Tu seras moins recherché qu'auparavant, mais si les forces mortes-vivantes de Moni vous croisent, vous pourrez fuir.
- Attends, et les hommes de Moni? Toutes les troupes qu'il avait rassemblées?
- Cobra a libéré les souvenirs de ces guerriers, la major partie d'entre eux ont fuit et sont passés en tant que bandits, rares sont ceux qui utilisent leur pouvoir pour aider les gens... on est dans la réalité ici, pas l'un de ses vulgaires romans. Fallait que je la place, celle là XD
- Que fera-t-on à présent?
- Pour ça, je vous laisse, tchao.

Il s'est téléporté, et m'a laissé la corde, sympa.

- Je pensai que tu voulais tuer Moni... pas nous protéger.
- Erreur, il voulait bien tuer Moni, mais pour nous protéger, n'est pas?
- Où va-t-on alors? La prochaine ville, pour que tu y voies ta sœur, Azusa?
- Ca me dirai, mais c'est encore à une semaine de marche...
- Pas un problème, pour moi. Et toi, Orina?
- Si je te laisses seul en sa compagnie, vous mourrez rapidement, alors je viens.


Dernière édition par Miwaku le Dim 6 Juil - 21:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mer 7 Mai - 0:45

Chapitre 18 : Miwaku

Nous avons finalement atteint Maenaid, après des semaines de marche à travers plaines et forêts. Nous avons aussi franchit Yamanami, la chaine de montagne. C'est une chaine qui parcourt tout Miryou, elle compose à elle seule un bon quart de la carte. C'est à cause d'elle que chaque village est différent de celui à côté, et c'est seulement grâce à certains pouvoirs comme ceux d'Emprii, que Moni arrive à tout diriger. Il ne c'est rien passé d'intéressant durant tout le trajet.
Ouais, on c'est fait chier tout le long. j'espérai pas autant d'action que le jour de notre départ, mais à part un monstre ou un animal sauvage, c'était mort.

- Oui, nous avons enfin réussi, on est arrivés, je vois des bâtiments.

Arrivés dans le village, il était totalement vide. Les bâtiments en bois n'ont rien et paraissent même bien entretenus, il y avait encore des gens il n'y a pas longtemps.

- Que c'est-il passé ici? M'man, Heli, il y a quelqu'un?
- Azusa?

Une fille sort de derrière un tas de bois.

- Kira ! Oui, c'est moi. Que c'est-il passé ici? Le village est totalement vide.
- Il ne reste plus que nous, des monstres sont arrivés une nuit, il y a deux ans, et ont tué tous les adultes.
- Oh, non... et où est Heli? Elle est encore en vie?
- Oui, elle est chez vous. Elle à repris votre magasin.
- Quel âge a-t-elle pour reprendre un magasin comme ça?
- Elle doit avoir dans les dix ans. Pourquoi a-t-elle fait ça?
- C'est ce que Naje à demandé : que chaque enfant reprenne l'affaire de ses parents.
- C'est pas étonnant, venant du fils du chef. Et vous vous en sortez?
- Au début, c'était dur, car chaque enfant dépensait son argent pour des jeux ou des pâtisseries, mais on s'y est habitués.
- Viens Miwaku, on va voir ma sœur.
- Attends. Dis, petite, je suppose que vous vous cachiez quand nous sommes arrivés. Ca veut dire que les monstres reviennent régulièrement, n'est-ce pas?
- Un seul, on dirait un homme de loin, mais c'est un monstre tout vert avec des lames sur le côté des bras. Il revient de temps en temps, pour tuer ceux qui deviennent trop âgés ou trop puissants.
- Un faucheur.
- Bon, je vais faire sonner la cloche, pour que tout le monde sorte.

En route vers la maison d'Azusa, on entendit la cloche. Une fois arrivés, Azusa rentre sans même toquer. C'est une grande maison par rapport aux autres, ils devaient avoir de bons revenus.
C'est chez elle après tout, et un magasin qui plus est.
En entrant, une petite fille se tenait près du comptoir, qui était aussi grand qu'elle.

- Bonjour, que voulez v... Des adultes? Qui êtes vous?

Azusa était en pleurs, et quand la gamine la vit, elle la reconnût.

- Azusa? Tu es revenue.
- Contente de voir que tu vas bien.
- Qui sont les deux autres avec toi?
- C'est une longue histoire. Tu te souviens quand des hommes avec d'étranges pouvoirs sont venus me chercher? Ils m'ont emmené auprès du roi Moni, car ils cherchaient des personnes pour forcer à faire partie de son armée. Ils m'ont donc donné à moi aussi un pouvoir, celui de la lumière.

Elle fait briller une de ses mains pour lui montrer.

- Ouahhh, génial. Et eux aussi ont un pouvoir?

En ouvrant ma main, j'invoque une petite flamme.

- Et moi, je peux soigner.
- Et pourquoi vous êtes venus? Vous obéissez au roi et venez chercher quelqu'un d'autre?
- Non, j'étais prisonnière du roi, car je ne voulais pas le servir, quand ce garçon est venu.
- Comme les princes charmants dans les histoires?
- Non, ils étaient plusieurs, venus pour arrêter le roi alors que j'étais avec lui. Au lieu de combattre, il m'a libérée et on c'est enfuis avec elle.
- Donc, c'est un trouillard qui t'a sauvée?

Merci du compliment. Orina a l'air vexée.

- Le roi nous aurai tué, alors, oui, j'ai eu peur.
- Mais Miwaku aurai pu partir seul, mais il a décidé de nous sauver aussi, en risquant sa vie pour nous faire sortir.
- Puis nous avons voyagé jusqu'à arriver ici.
- Je suis contente que tu sois revenue, tu vas pouvoir tuer le monstre, il devrai revenir bientôt.
- Mais, si il obéit à quelqu'un, et qu'on le tue, son maitre risque d'en envoyer d'autres.
- Ben, vous les tuerez aussi, jusqu'à ce qu'il n'y en ai plus.
- Hé, tu crois quand même pas qu'on va vivre ici durant des années, juste pour vous protéger.
- On a pas besoin de toi, tu ne sais que soigner. Et même si vous partez, Azusa continuera à nous protéger.
- Hé!
- Euh, désolée, mais si ils s'en vont, je partirai sûrement avec. Enfin, avec Miwaku en tout cas.
- Moi je croyais que tu revenais vivre avec nous...

Pendant qu'Azusa s'explique, je parcourt le magasin. Rien de bien intéressant, surtout des trucs d'enfants. Pas contre, je vais acheter quelques bouteilles.

- Dis, Heli, tu aurais des bouteilles?
- J'ai des bouteilles de vin, mais personne n'en veut ici. Et vu que tu es le petit ami de ma sœur, je te les fait à 10 Zetis pièce.
- Euh,je suis pas son petit ami, mais merci.
- Et tu aurais des bandages et autres trucs de soins, Heli?
- Je m'appelle Helista pour toi! Heli, c'est comme ça que m'appelle ceux que j'aime bien, donc Azusa et le garçon, mais pas toi.
- Pourquoi moi?

Après avoir fait nos achats, on cherche où dormir.

- Bon, il se fait tard, où dormons nous? Il y a une auberge ici?
- Tu vas pas aller à l'auberge alors que tu peux loger ici.
- Il y a assez de place?
- Il reste la chambre d'Azusa et celle de papa et maman.
- Bon, je vais dormir dans celle d'Azusa. Ca ne te dérange pas?
- Un peu quand même. Mais je ne peux pas te laisser dormir avec Orina dans celle des parents.
- Va dormir avec lui dans celle de papa et maman.
- Non, je ne peux pas le laisser passer la nuit avec elle!
- Et vous deux dans le même lit, vous vous battrez toute la nuit. Je dormirai à terre sur l'un de nos matelas.

Après avoir installé mon matelas dans le magasin et être rentré dans ce lit de fortune, Helistra redescend me voir.

- Dis, Miwaku, vous comptez vraiment partir vite? J'aurai bien aimé ravoir une famille, avec toi et Azusa. Même l'autre fille pourrait rester vivre ici, si tu veux.
- Peut-être, je ne sais pas. Rien ne nous oblige à partir, c'est vrai. On est même plus recherchés par Moni. Il faudra que j'en parle avec Azusa.
- Merci.

Elle s'en va, toute contente.
Je ne pensais pas que tu voudrais te fixer si facilement.
T'as vu comme elle me l'a demandé, j'allais pas lui dire non. Et puis, pourquoi pas, on a pas à partir... ça pourrait être bien de vivre comme ça.
Je me demande si elle demandait ça plus pour Azusa ou pour toi.
Que veux tu dire?
Tu ne te rends pas compte de l'effet que tu fait aux femmes? Bizarrement, dès que tu parles un peu avec une, elle t'apprécie. C'est étrange, car tu n'as rien de bien particulier.
C'est peut-être une étrange magie, héhé.


Dernière édition par Miwaku le Mer 2 Juil - 0:26, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Ven 9 Mai - 1:17

Chapitre 19 : Miwaku

Deux jours se sont écoulés depuis notre arrivée. Je n'ai toujours pas parler à Azusa, ni à Orina, de la demande d'Helistra.

- Le monstre arrive, planquez vous vite!

Le garçon à la vigie à repéré le faucheur, la cloche d'alerte sonne.

- Que faisons nous?
- Nous devons le combattre, sinon il reviendra encore et encore.
- Mais on risque d'attirer plus de troupes.
- Est-ce que les faucheurs parlent?
- C'est quoi cette question? Je ne crois pas, non.
- Lors de leur première venue, l'un d'eux a parlé.
- Hé, c'est bien ça. Capturons le vivant, ensuite on l'interrogera.

Nous sortons de la ville, pour ne blesser personne ni détruire toute la ville dans le cas où le combat serai trop violent. Le faucheur arrive, sans se presser, devant nous. Il nous observe puis se jette sur Orina, qui n'a le temps que d'esquiver en partie l'attaque, mais elle se fait quand même couper par la lame à l'extérieur du bras du faucheur.

- Il est rapide, on aura du mal à utiliser les attaques à distance.
- C'est vrai qu'il nous manque une forte frappe pour un corps à corps.

Il fonce vers moi, pas le temps due réfléchir...

- Fire balls!

Un barrage de boules de feu foncent dans sa direction, mais il se déplace quasi instantanément hors de leur portée.

- Trop rapide pour toi? Light gun!

Elle pointe son index vers la créature et des rayons de lumière en émanent plus rapidement qu'une flèche, mais il n'a toujours aucun problème à les éviter, tout en se rapprochant rapidement d'Azusa.

- Tant pis, on va abandonner la capture, tuons le.

A ce moment, une sorte de sourire apparait sur le visage de l'insecte.

- Tu comprends ce que l'on dit.
- Bien sssûr, tu me prends pour un animal?

Distraite par ma faute, Azusa fut gravement coupée au ventre par l'attaque du faucheur.

- Arrêtes toi, je voudrai discuter.
- Sssi tu ne m'attaques pas, je veux bien t'accorder deux minutes.
- Pourquoi attaques-tu ce village?
- Ssc'est un ordre, si je ne l'exxxécutes pas, je mourrai. Ne me demande pas de qui il vient, je ne peux pas le dire.
- Dis moi au moins une chose, tu es pour Moni ou Bratak?
- Alors tu es déjà au courant. Je peux te le dire, vu que de toute fassçon le tueur Wizzse est proche.
- Bien deviné.
- Encore toi?
- C'est bien celui qui nous a aidés face à Anard?
- Et face à une folle absorbant l'énergie aussi.
- Hein?
- Alors, dit tout ce que tu as à dire, faucheur!
- Je travaille pour Bratak, il paraitrait qu'une fillette sssoit née issci avec un pouvoir de démon, il faut que je la fasssse utiliser ssson pouvoir et ensssuite la capturer pour qu'elle rejoigne nos rangs.
- Je sais qui c'est, c'est surement...
- TAIS TOI !
- Kyaah, désolée.

Le faucheur se place à côté d'elle.

- Dis moi laquelle est-ssce sssinon...

Il lève l'un de ses bras pour ensuite l'abaisser pour la trancher, mais Wise vient placer sa lame juste à temps pour qu'elle ne soit pas blessée.

- Sinon quoi?
- Oh, rien...

Il se déplace vers nous pendant que Wise regarde Helistra.

- Sssauf que les deux minutes sssont passssées.

Et il tranche le dos de Wise d'un coup de bras.

- Hé! L'épéiste, ça va?
- Bien sûr que non, je ne peux pas mourir par un coup dans le dos, c'est inadmissible, surtout que c'est car je ne faisait pas assez attention.
- C'est pas là le plus gros problème, tu ne dois pas mourir, tout simplement.

Tu ne comprends rien.

- Je vais te soigner, tu ne mourras pas...
- Il l'est déjà? Ou simplement évanoui? Ahh!
- Et de deux.

Un moment d'inattention et Azusa aussi est touchée.

- C'est donc à cause de moi, je vas m'en occuper.

Une étrange gamine, la dizaine aussi et avec un petit monstre noir sur l'épaule arrive.

- Qui es-tu?
- Elle, c'est Arka, c'est elle qui à un pouvoir bizarre comme vous.
- Vas-y.

Le petit truc noir saute au sol, pour ensuite devenir une créature anthropomorphe de deux mètres de haut. Il se dirigea vers le faucheur et, d'un seul coup de poing, le projeta de plusieurs mètres.

- Merci petit monstre.
- Génial! Comment s'appelle ce petit gars?
- Petit monstre.
- Ah, ouais, euh... original.


Dernière édition par Miwaku le Lun 19 Mai - 2:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mer 14 Mai - 0:37

Chapitre 20 : Miwaku

Petit monstre est entrain de s'acharner sur le faucheur, il le tabasse alors qu'il a déjà perdu conscience.

- Il faudrait peut-être l'arrêter, non?
- Non.
- On va ligoter le faucheur, essaye d'arrêter ta bête avant qu'il ne meure.
- Hun, reviens.
- J'ai un stock de cordes anti-pouvoirs étranges, c'est un homme qui passait dans la ville qui me les a troquées contre de la nourriture.

Après avoir touché cette corde, je me sent faible, et c'est pareil pour Azusa et Orina.

- C'est quoi cette corde?
- L'homme disait pouvoir maitriser le vide, il pouvait faire disparaitre des choses et à fait ces cordes.
- C'était Zeph, il maitrise le rien, le vide, il a le pouvoir d'annuler temporairement le pouvoir d'une autre perle. Il a dû s'échapper lors de la seconde rébellion.

C'est donc Helistra qui ligote le faucheur. Ensuite, nous allons chez elle, avec Arka.

- Alors Arka, tu sais quel pouvoir tu maitrise?
- L'ombre.
- T'es pas très causante.
- Elle est seule depuis sa naissance, car elle porte la poisse. On dit que quand elle est née, ses deux parents sont morts tout à coup, et leurs ombres sont devenues vivantes.
- Elle est bizarre aussi, toujours vouloir rester seule. Et ce monstre qui attaque tous ceux qui l'ennuient, quel pouvoir horrible... c'est un démon.

Soudain, alors qu'elle était restée inexpressive jusqu'ici, Arka parut triste.

- Arrêtez de dire des choses comme ça!
- Ce n'est pas ma faute si on ne veut pas d'elle dans ce village, et elle non plus ne veut pas rester.
- C'est vrai?

Elle acquiesce de la tête.

- Pourquoi restes tu alors?
- Trop dangereux de partir.
- C'est de te laisser dans cette ville qui est dangereux.
- Sors d'ici un moment. Et toi aussi Azusa.
- Mais euh...

Je sais à quoi tu penses, et je ne suis pas d'accord, c'est dangereux pour nous.
Helistra et Azusa sont sorties, Orina les a suivies, elle doit savoir pourquoi je les ai faites dégager.

- Qu'est-ce que tu n'aimes pas dans ce village?
- Rien.
- Alors, pourquoi veux tu en partir?
- Je suis dangereuse pour eux, encore plus maintenant.
- A cause de ce qu'a dit le faucheur? Alors, j'ai un bon moyen d'arranger tout ça. Je suppose que tu n'as rien qui te retiens ici?
- Non...
- Alors, que dirais-tu de partir avec de nouveaux amis? Tu sauveras le village car les monstres ne t'y chasseront plus, et tu te feras des amis.
- Qui voudrait de quelqu'un comme moi? D'un monstre comme moi?
- Pourquoi dis tu que tu es un monstre?
- Je ne peut pas contrôler les ombres que j'invoque quand je suis en colère.
- Et où est le problème? Orina, la fille qui est avec moi, devient méchante quand elle est gênée, Azusa est une fille au comportement étrange dans tous les cas et moi... je suis moi.
- Je suis pire... fiche moi la paix.
- Quoi? Je t'énerves?
- Oui! Maintenant, vas-t en!
- Vu que tu ne m'aimes pas, tu peux venir voyager avec nous. Si tu nous tues par accident, ça ne sera pas grave.

Elle prend un air étonné, et puis sourit.

- T'es plus jolie quand tu souris.

Tu peux pas t'en empêcher, hein, même quand elles sont jeunes.

- LES FILLES!
- Oui?

Elles sont arrivées bien vite...

- J'ai trouvé un moyen pour que le village ne se fasse plus attaquer, mais je ne pourrais pas faire comme on a dit Helistra.
- Oh...
- Et c'est quoi?
- On reprend le voyage, avec un nouveau membre : on embarque Arka.
- Quoi ?! Mais...
- Bien sûr, tu n'es pas obligée de nous suivre, mais...
- Chouette.
- ... ça fera plaisir à Orina.
- Non, ça va, je viendrai aussi. Mais je peux savoir pourquoi?
- Vu que c'est elle que les monstres recherchent, si elle part, le village sera en paix. Et vu qu'à cause de son petit problème, elle ne peut pas rester avec quelqu'un qu'elle aime, je me suis occupé de ça.
- Tu agis toujours aussi bizarrement?
- Héhé, eh bien oui.
- ... merci, mais je n'ai pas envie d'être un boulet pour vous.
- D'accord, si tu es un boulet, on te laissera là où on est.


Dernière édition par Miwaku le Mer 2 Juil - 0:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mer 14 Mai - 22:16

Chapitre 21 : Miwaku

Nous sommes à l'extérieur du village, le faucheur ligoté et conscient est avec nous. J'ai emporté quelques cordes du vide avec moi, au cas où...

- Prêtes à partir?
- Ouaip!
- Hun hun.
- ...

Elle jette un regard à sa sœur.

- Si tu préfères rester, nous ne t'en voudrons pas.
- Au contraire.

Je me demande si elle fait ça pour qu'elle reste au village ou non.

- Où allons nous?
- Au village suivant, Yakulu.
- C'est très loin, vous pensez y arriver?
- Ca sera plus long que ce qu'on a fait pour arriver ici, mais on le fera, on a tout notre temps.
- Vous ne devrez pas passer par la forêt au nord j'espère...
- Si, c'est le plus court chemin.
- Qu'y a-t-il dans la forêt, il n'y avait aucune bête sauvage quand on y allait.
- En plus des monstres qui sont apparus partout, il y a un homme qui vole tous ceux qui passent par là.
- On va aller le faire changer d'avis, vu qu'on passe par là. N'est-ce pas Miwa?
- On passera par là, sinon ça nous ferais un détour de plusieurs jours, mais si on ne le voit pas, je n'irai pas chercher après.
- Faites attention, il est très fort.
- Mais nous aussi.
- Bon, on y va, et désolé de ne pas avoir pu respecter ma promesse, Heli.
- Quelle promesse?
- Non... rien.

Elle paraît déçue quand même.

Plusieurs heures plus tard, nous arrivons dans cette forêt. Nous faisons une pause près d'un ruisseau, il commence à faire sombre

- On pourrait s'arrêter ici, qu'en dites vous?
- Si tu veux.
- Pas trop fatiguée, Arka?
- Non.

Faudra essayer de la décoincer un de ces jours.

Nous avons installé notre camp, mais nous n'avons que trois sacs de couchages. Orina et Azusa ont déjà prit le leur.

- Tiens Miwa, ton sac.

Elle me lance le dernier.

- Non, Arka sera mieux là dedans qu'à terre.
- Non, j'ai l'habitude de dormir sur le sol, je n'avait nul part où dormir en ville.
- Prends le. Moi, je dors à terre, à toi de voir si tu préfères le matelas ou le sol, de toute façon je ne le prendrai pas.
- T'es vraiment con, prends le si elle n'en veut pas.
- Prends le mien, je montrai la garde la moitié de la nuit, et je dormirai dedans quand se sera ton tour.

Fétichiste?
Arrêtes un peu avec tes conneries toi!

- Pas besoin de garde, on ne nous attaqueras pas quand on dormira.
- T'as raison, c'est lâche d'attaquer quelqu'un endormi.

Un homme se tient debout, adossé à un arbre.

- Qui es-tu?
- Le brigand.
- C'est à peu près ça. Ou plutôt je suis Tachi, le gardien de cette forêt : vous n'avez vu aucun monstre depuis votre entrée ici, n'est-ce pas? C'est normal, je tues tous les monstres qui sont envoyés dans ma forêt. C'est donc normal que je demande un droit de passage, non? 1000Z pour un mec et 500Z pour une femme, alors tu me payes 2000Z, je te fais cadeau de la petite.
- Humm... oui, c'est normal de payer.
- De quel côté tu es toi?
- Ben, vu qu'il assure notre sécurité...
- Il n'y a aucun monstre dans cette forêt.
- C'est normal, vu qu'il les a tués...
- Il n'y a jamais eu de monstres dans cette forêt.
- Tu te trompes... Depuis que Bratak s'est rebellé il y a des monstres un peu partout.
- Je m'en fout, de toute façon nous sommes assez forts pour les battre seuls, donc tu n'as servi à rien.
- Alors, un défi : si l'un de vous me bat en combat singulier, vous serez exemptés de la taxe.
- D'accord, vas-y Miwaku.
- Pourquoi moi?
- Tu es le meilleurs.
- Pfft, tu combats avec quoi? Moi, j'utilise la perle du feu.
- Des tonfas.
- Mhhh, pas mal... mais c'est quoi?
- C'est ça.

Il sort deux bâtons avec un manche.

- Ne t'en fais pas, je ne veux pas te tuer, juste t'assommer.
- Sympa, merci.
- De rien, mais c'est plutôt car si je te tues, je perdrai les 1000Z que tu dois me payer.
- Euh, non je ne dois pas te les payer, vu que je te battrai.
- Tu es prêt?

Avant que je ne dise "oui", j'entends un bruissement derrière moi.

- Oh, salut... j'arrive trop tôt, vous n'avez pas encore commencé?


Dernière édition par Miwaku le Mar 3 Juin - 0:02, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Ven 16 Mai - 1:24

Chapitre 22 : Miwaku

- Encore toi? Tu nous suis?
- ...
- Pourquoi es-tu là?
- Vous alliez avoir des problèmes, encore un combat, alors je suis venu.
- Tu veux t'occuper de lui?
- Moi, ça me va, mais tu es le célèbre Hurricane Sword, n'est-ce pas?
- Ma réputation me précède.
- C'est quoi ce nom?
- Il est connu pour être le bretteur le plus rapide. Ces enchainements peuvent atteindre dix coups mortels par seconde.
- Quand je suis en forme, c'est vrai. Mais ce n'est pas tout.
- Enfin un vrai challenge, personne ne m'a encore battu, t'en sens tu capable?
- Une seule condition, je veux un combat à mort. A chaque fois que je dois protéger celui là, c'est contre ses amis, ça fait longtemps que je n'ai plus tué.
- Okay pour moi.
- Mais...
- Ne t'en fais pas, personne ne mourra. On y va.

Et sans autre sommation, Wise se rue sur lui. Tachi pare tous les coups des deux épées de Wise grâce à ces tonfas.

- Quel beau combat.
- C'est intense, ils sont aussi forts l'un que l'autre.
- Non.
- Hum... c'est vrai. Il n'y a que Wise qui attaque, l'autre ne fait que se protéger.
- Première chose à faire, affaiblir l'adversaire.
- Je suis plus endurant que tu ne le crois.

Soudain, en un éclair, Wise s'apprête à éventrer son adversaire de son épée droite, mais un coup de tonfa sur l'arrière de la main la lui fait lâcher.

- Pas mal.

Il n'a pas le temps de ramasser son épée et doit combattre de la main gauche.

- De la main gauche, il va avoir du mal...
- Il est ambidextre.
- Bien vu gamine.

Et il lève l'épée, mais Tachi ne lui laisse pas faire, un un clin d'œil il explose l'autre main de Wise, dont l'épée volla au loin, puis assène un coup dans la nuque. Wise s'effondre.

- Paralysie du système nerveux.

Je n'en reviens pas, il a vaincu Huricane Sword en moins d'une minute, et en trois frappes.
T'aurais pu me dire que tu connaissais Wise...
Lui, je ne savais pas qui il était, je connais juste la réputation d'Hurricane Sword, je ne savais pas que c'était lui.

- Bon, ben je pense qu'on va payer. Je dois payer pour lui aussi?
- Non, il ne sera pas en état de voyager pour un moment.
- J'ai dit qu'on ne payerai pas, tu le combats!
- Je n'ai aucune chance, je ne sais pas me battre au corps à corps, et il est trop rapide pour que je le tienne à distance. Arka?
- Petit monstre?

La créature fait non de la tête.

- Non.
- J'avais compris.
- Un combat amical? Tiens.

Il ramasse l'épée qui est à ses pieds et me la lance. Une fois attrapée, de justesse, une sensation étrange m'evahit.

- Wow... je ne sais pas me battre à l'épée...

Mais il s'en fiche et fonce sur moi, je fais ce que je peux pour parer ses coups. Je ne sens plus mes bras...

- Arrêtes! S'te plait.
- Hé, pas mal pour un débutant.
- Stop!
- Mais non, mais non.
- Arrêtes ça! .... Burning Swords!

Mon épée s'enflamme, et avec un boost de puissance, je commence à combattre réellement.

- Miwa?


Azusa

J'ai l'impression qu'il est hors de lui même. Je ne pense pas qu'il sache utiliser une épée, mais la, il est en combat d'égal à égal avec Tachi.

- Allez, finis le qu'on parte.

Il abat son épée de haut en bas avec beaucoup de force, même son adversaire se demande ce qui se passe. Puis il donne un coup horizontal quasiment imperceptible dans le ventre et Tachi décolle, éjecté par toute la force de Miwaku.

- Bien j...
- L'épée!!!
- Reactor!

Tachi a été éjecté avec puissance vers l'autre épée de Wise, qui était partie se coincer dans des rochers, et la lame menaçait de le perforer. Mais Miwaku courut, propulsé par des flammes sortant de ses mains dirigées vers l'arrière. Il put dévier Tachi de sa trajectoire, mais il fut contraint de lui même se prendre l'épée, qui lui pénétra la jambe.

- Miwaku!

Elle courut vers lui pour le soigner grâce à sa perle.

- Healing.

Miwaku reste inconscient, Tachi reste sans bouger dans un buisson, se demandant sans doute s'il est encore en vie.

- Il est toujours comme ça?
- Quand il s'agit de sauver quelqu'un, oui.


Miwaku

- Ha!... j'ai mal, que c'est-il passé?
- Ce n'est rien, je te soigne.
- Si par rien, tu entends se faire perforer la jambe par une épée, effectivement, il n'y a rien eu.
- Une épée...? Je ne comprends pas. Je me souviens avoir débuté le combat contre Tachi... où est-il?
- Il est là bas, un peu plus loin. Non, le voilà.
- S'il te plait... laisse moi devenir ton serviteur.
- Quoi?!
- C'est comme ça : si quelqu'un te bats, tu dois te soumettre à lui. Et si quelqu'un te sauve la vie, tu devras le suivre pour lui rendre la pareille quand il sera en danger. Or tu m'as battu et sauvé la vie, je serai donc ton esclave.

Il me gêne à dire ça...


Dernière édition par Miwaku le Lun 19 Mai - 3:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Lun 19 Mai - 2:14

Chapitre 23 : Miwaku

Plusieurs jours de marche se sont écoulés depuis que Tachi nous a rejoints. Même si je devrai plutôt dire "m'a rejoint" car son comportement avec les filles n'a pas beaucoup changé. Avec moi, il se comporte étrangement : je pensais qu'il jouerai à l'esclave à contre cœur, mais il a l'air d'aimer ce qu'il fait... il a même décidé de m'appeler "maitre".
Nous en sommes à l'aube du dix-huitième jour depuis notre départ.

- Bonjour maitre, bien dormi?
- Eh bien, on finit par s'habituer à dormir dans l'herbe.
- Vous n'avez qu'à me le demander et je ferai dégager l'une de ces... filles, comme vous m'avez demandé de les appeler.
- J'aime pas le ton sur lequel tu dis ça.
- Mais c'est toujours mieux qu'avant...
- Oui, au moins on ne se fait plus insulter.
- C'est juste parce que le maitre me l'a demandé, sinon je continuerai à vous appeler... non, je ne peux plus le dire c'est vrai.
- Lèche bottes.
- Oh toi, tu vas voir!

Il sort ses tonfas pour combattre, comme il le fait quatorze fois par jour. Mais Arka ne s'est jamais laissée faire, même si elle ne fait en général aucun geste elle même.

- Feu!

Et son petit monstre crache une flamme de plusieurs mètres.

- Tiens, c'est nouveau? D'habitude c'est un coup de poing qu'il reçoit.
- Je ne savais pas qu'il pouvait faire ça...
- T'es vraiment une fille étrange tu sais.
- Merci.

C'était pas un compliment, mais je ne vais pas essayer de la vexer. Depuis notre départ, elle n'a plus sourit, n'a jamais éprouvé de colère, bonheur ou tristesse, comme si elle essayait de ne pas montrer ses sentiments... dommage que Psylo n'est plus là...

Nous continuons la route, toujours près d'un ruisseau car je n'arrive pas à éliminer cette soif après un combat. J'entends une voix derrière moi.

- Miwaku?
- Oui?

Je me retourne et je vois une inconnue derrière moi. C'est une fille, je lui donnerai 16 ans, cheveux mi-longs dont la partie droite de son visage est entièrement cachée par ses cheveux.

- Prison!
- Hé!

Une cage vient d'apparaitre autour de nous tous, Azusa tape dessus avec force.

- Que veux tu au maitre?
- Ce que je veux au maitre du feu? Qu'il rejoigne mon groupe.
- Ton groupe?
- Blade.

Elle fait apparaitre un long couteau dans sa main.

- Comment fais-tu ça? On a la perle du métal de Skulker avec nous, ce n'est pas ça.
- Héhé, je ne vous le dirai pas.
- C'est une illusion.
- Non, c'est bien réel, regarde quand je tap... que fais-tu hors de la cage? Tu étais à l'intérieur juste avant. Tu es avec elle, hein! Avoues, tu nous trahis.
- ...
- Une illusion?

La cage n'est pas réelle?
La main que j'avais appuyée dessus passe en partie à travers, mais le barreau se reforme dans ma main...

- Ouah! Enlève moi ça!
- Comment as-tu fais ça?
- Comme si je le savais.
- Alors tu rejoins mon groupe ou tu préfères mourir?
- Mais c'est quoi ton groupe? Et comment connaissais-tu mon nom?
- Ton nom et ta photo ont été longtemps affichés partout au château car tu étais recherché par le roi, mais plus maintenant à cause de tous ces problèmes. Mais c'est grâce à ces problèmes que j'ai réussi à créer un groupe de grands combattants, avec pleins de possesseurs de perles.
- Au château? Tu travaillais pour le roi?
- Oui, oui, mais toi je te veux pas, tu ne fais que soigner, inutile. C'est notre devise : " Si tu meures, c'est que tu étais trop nul pour vivre."
- Quelle devise barbare. De toute façon, je ne veux pas rejoindre des hors-la-loi.
- Bon, ben je vais te tuer alors. Ou je vais un peu jouer avec vous : collapse!

Le sol s'effondre en dessous de nous, on tombe!

- Kyaa!
- Je ne veux pas mourir sans combattre!!!
- Comment c'est possible?
- Illusion.
- Et pourquoi tu ne tombes pas toi!

En effet, Arka est restée sur une parcelle de sol, tout comme l'autre fille.

- Hihi, bon, je me suis assez amusée : stop.

Soudain, on se retrouve sur le sol normal, tous couchés de peur.

- Mais... si ce n'est qu'une illusion, on ne peut pas mourir.
- Freeze!

Soudain, l'atmosphère se refroidit brusquement, de la buée sort de ma bouche quand je parle.

- Mais j'avais dit que je vous tuerais, je vais donc le faire.
- Tu m'oublies?
- Tu veux te battre, tu ne me vaincras pas.
- Eh! Je ne veux pas être sauvée par toi!
- Ce n'est pas toi que je veux sauver, juste Miwaku, il m'a aidé alors je l'aide.
- Si c'est pour ça, fuis et laisses nous, elle ne te feras pas de cadeaux, elle vas te tuer avec ses techniques bizarres. Sauve ta propre vie et laisses nous.
- Ne t'en fais pas, je ne perdrai pas. Allez, bats toi.

Soudain, deux hommes arrivent.

- Eh, Gatz, regardes : Nangelle va se battre.
- Cool, j'adore voir ses combats.
- Gatz, Ichank, vous m'emmerdez à venir comme ça durant mes matchs.
- Mais c'est tellement spectaculaire.
- Tant pis pour vous. Juste pour l'ambiance : arena.

Une arène se forme autour de nous, mais autour d'elle, c'est le vide. Impossible de s'échapper.

- Bonne chance Arka.

Elle sourit.


Dernière édition par Miwaku le Mar 28 Oct - 1:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Miwaku
Administrator
Administrator
avatar

Masculin Nombre de messages : 522
Age : 28
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Métier: Village
Santé:
990/1000  (990/1000)
Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   Mer 21 Mai - 1:02

Chapitre 24 : Miwaku

Ma main droite me fait souffrir, comment ai-je pu me coincer DANS un barreau.

- Prêtes à mourir? A moins que tu ne préfères que je commence doucement.
- Humf. Tu es prêt petit monstre?

Perché sur son épaule gauche, il acquiesce.

- Vas-y.

Elle tend le bras et le monstre s'en sert comme plongeoir, si ce n'est qu'à la place de plonger, il se transforme, comme d'habitude, en quelque chose d'à peu prêt humain. Mais quand il frappe l'autre fille, son poing passe à travers.

- Quarante cinq degré à gauche, trois mètres vingt en avant.
- Qu'est-ce qu'elle raconte?
- Bonne question.

Mais le monstre obéit et décroche un uppercut à l'endroit indiqué par Arka. Juste quand le poing atteint le niveau où il devrai toucher quelqu'un, Nangelle apparait et se fait éjecter quelques mètres en arrière.

- Comment?
- Tu as disparu durant une fraction de seconde pour créer une illusion de toi, donc j'ai su que c'était un faux.
- Savoir que c'était une illusion, d'accord, mais comment tu m'as trouvée?
- J'y ai pas cru.
- Je ne comprend pas, mais c'est pas un problème, sword.

En se relevant, elle créé une épée, tranche dans le monstre. Arka, parait apeurée.

- Peur de mon pouvoir, alors prends ça!

Elle se rue sur Arka et lui plante sa lame dans le cœur, Arka continue de regarder sa créature souffrante.

- ARKA!!
- Je l'avais bien dit qu'elle ne serait pas compétente...
- Bizarre, il n'y a pas de sang...
- Arka, ça va?

Elle tombe face contre terre, mais il n'y a aucune trace de sang.

- Trop facile... bon, ben je vais l'achever, comment je la tue?
- Décapites là.
- Non, non, éventres là, c'est plus fun.
- Pas envie de me salir, décapiter sera suffisant.
- Non! Laisse là!

Et merde, avec ma main coincée, je ne sais pas l'aider.

- Que quelqu'un l'aide... Azusa, tu es la seule.
- Eh, oh, et puis quoi, elle n'est pas capable de se défendre seule, alors qu'elle ne compte pas sur moi.
- Eh merde... bon je tentes : fire pillar

De la main gauche, je créé la colonne de flammes bien trop loin, elle a eu le temps de lever son épée, et elle l'abat.

- Noooon!
- C'est mieux comme ça, au moins elle ne créera plus de problèmes.

Orina est en train de pleurer, tandis que Tachi reste perplexe.

- Toujours pas de sang, d'habitude ça gicle quand je tranche des têtes.
- Eh, quoi? Ca n'a pas tranché.

Elle continue à trancher, mais rien ne se passe...

- Ah...
- Arka, ça va?
- Elle vit?
- Ca fait mal.
- Ben, un coup d'épée dans le ventre, ça fait toujours très mal...
- Non, ça j'ai rien senti.

Elle se relève.

- Toujours pas morte, je vais utiliser ce fameux pilier de feu : fire pillar!

Une autre colonne de flammes s'élève autour d'Arka, comment a-t-elle utilisé une de mes techniques.

- Là, elle y est passée... au moins elle n'a pas souffert.
- Si j'y avait cru un instant, je serai morte...
- Alors voilà le revers de mon pouvoir.
- Comment elle fait ça?
- Il suffit de ne pas y croire du tout, et il ne se passe rien, mais c'est extrêmement complexe : quand on perçoit quelque chose avec le sens de la vue, on y croit obligatoirement, mais pas elle apparemment.
- Tu révèles mes points faibles aux ennemis...
- Hein, non, non, désolé... pitié...
- Enfaite, ce que Ichank à dit, l'ennemi le connaissait déjà.
- On va voir si il sait le mettre en pratique : giant arrow!

Une flèche géante apparait, extrêmement pointue, et file dans la direction de son coéquipier.

- Non, non, elle n'est pas réelle, elle est pas...

Il se fait transpercé, et la flèche continue son chemin, à peine gênée par le corps, et file vers on en sait où dans l'obscurité...

- Là, il a été touché, il suffit de voir tout ce sang, hiahaha...
- Tu fais peur là...
- Désolé maitre.
- Je n'arriverai pas à te toucher, mais ton monstre n'est plus en état de combattre, on fait égalité?
- Non, come to me, shadow.

Sur le sol, l'ombre de Nangelle glisse dans la direction d'Arka.

- Tiens, je n'avais jamais fait attention, mais Arka n'a pas d'ombre?
- Tiens, c'est vrai...
- Elle est trop étrange que pour la garder avec nous.

L'ombre va se fixer sous les pieds d'Arka, mais elle garde la forme qu'elle avait avant.

- Hé, mon ombre!
- Hun... je connais pas les mots à utiliser.... fire pillar.

Nangelle évite l'attaque de peu, comment sait-elle utiliser ça aussi?

- J'ai fait un échange d'ombres, je sais donc utiliser ce que contient son ombre, c'est à dire ses attaques, mais en contrepartie elle a petit monstre.
- Ne dit pas le mauvais côté de ton attaque à l'adversaire.

Ca doit être la plus longue phrase qu'elle ait jamais prononcée.

- Je peux contrôler ta chose? Allez étrange bête, attaques!
- Zzz...

Petit monstre est revenu sous sa forme habituelle, et il est entrain de dormir.

- Mais il n'obéit que s'il en a envie...
- Je pensait que c'était par politesse qu'elle demandait à chaque fois si le monstre était prêt.
- bon, je vais achever ça, break.

L'arène se fissura en deux demis, et celui sur lequel se trouvaient les deux adversaires tomba.

- Fin. Go back shadow.

Et son ombre suivit sa propriétaire dans le vide.


Dernière édition par Miwaku le Mar 28 Oct - 1:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miwaku.forums-actifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Roman : Miwaku   

Revenir en haut Aller en bas
 
Roman : Miwaku
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Collection] Le roman du charme / Guy Le Prat éditeur /Paris
» [Collection] Roman de Cape et d'Epée (Tallandier)
» [Pennac, Daniel] Comme un roman
» [En ligne!] Histoire du roman feuilleton
» [thème]Le roman de Western hors collection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miwaku :: Histoire :: Miwaku-
Sauter vers: